Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : le DUT deviendra le Bachelor Universitaire de Technologie (BUT) dès la rentrée 2021
Un diplôme qui s'obtiendra en trois ans

Le , par Stéphane le calme

41PARTAGES

9  0 
En début d’année, dans un entretien avec le Figaro, Frédérique Vidal avait annoncé que certains bachelors se verront attribuer le grade de licence cette année : « Cela permettra aux étudiants de poursuivre leurs études de manière beaucoup plus simple. Ce sera pour eux une garantie d’avoir le choix, après l’obtention de leur diplôme, entre insertion professionnelle et poursuite d’étude », avait alors expliqué la ministre de l’Enseignement supérieur.

Fin mai, dans le contexte de la crise sanitaire actuelle, la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), organisme indépendant chargé par la loi française d’évaluer toutes les formations d’ingénieur, a publié une première version d’un référentiel qui combine les exigences de l’arrêté et de l’accréditation des écoles d’ingénieurs « afin de permettre aux écoles d’ingénieurs d’obtenir le grade de licence dès la rentrée 2021 pour des formations de Bachelor déjà existantes ou prêtes à ouvrir ».


Le 18 juin dernier, après six mois de concertation, la Commission Consultative Nationale des IUT a ratifié la proposition de cadrage du Bachelor Universitaire de Technologie (BUT). Ainsi, dès la rentrée de septembre 2021, les étudiants ne s’inscriront plus en DUT, mais en Bachelor Universitaire de Technologie (BUT).

Comme l’a annoncé l’Assemblée des directeurs d’IUT (ADIUT) dans un communiqué, ce nouveau diplôme sera déployé pour les 24 spécialités dans les 111 IUT. Soit un total de près de 700 BUT. « Chaque parcours de BUT sera adossé à un référentiel de compétences qui viendra structurer et assurer, au travers des niveaux de développement identifiés, la progression et la professionnalisation de l’étudiant au cours des trois années de formation », indique l’ADIUT.

Chaque spécialité de BUT proposera au maximum cinq parcours, « qui seront, au choix des IUT, inscrits dans l’offre de formation locale, et adaptés à hauteur d’un tiers des référentiels de formation, pour assurer une adéquation et une cohérence avec les besoins des territoires et les publics », ajoute le communiqué.

Ce nouveau diplôme permettra aux étudiants d’allier encore plus la théorie et la pratique. Dès la première année, l’alternance est possible pour découvrir le monde de l’entreprise et de la vie professionnelle. « Le BUT et son cadrage national incarnent les valeurs et missions des IUT : un diplôme national offrant une adaptation locale et une professionnalisation par la technologie, répondant ainsi aux enjeux de la société actuelle et de demain », précise l’ADIUT (Association des directeurs d'IUT) dans un communiqué.

Ce nouveau parcours en trois ans permet d'obtenir le grade de licence avec la possibilité de se réorienter dès la deuxième année grâce au jeu des passerelles prévues dans l'arrêté du 6 décembre 2019 qui indique que : « L'établissement assure la flexibilité des parcours et, en tant que de besoin, la réorientation des étudiants, par l'organisation de passerelles entre formations qui visent, pour certaines, l'insertion professionnelle au niveau licence et, pour d'autres, la poursuite d'études ultérieures. Les parcours et les passerelles permettent ainsi de mieux répondre aux projets des étudiants, en tenant compte de leurs acquis antérieurs et de leurs besoins ».

Le Bachelor Universitaire de Technologie s'appuiera pour deux tiers sur un programme national et pour un tiers sur des adaptations locales permettant ainsi de prendre en compte l'environnement local et la réalité du monde professionnel et des besoins des territoires. Les volumes horaires du BUT s'organiseront comme ce qui suit :
  • 2000h pour les spécialités secondaires
  • 1800h pour les spécialités tertiaires
  • projets tutorés (600h)
  • stages (22 à 26 semaines)

À partir de la rentrée 2021, les IUT proposeront un parcours de formation en trois ans, conférant aux étudiants 180 crédits ECTS. Toutefois, la création de ce nouveau diplôme ne supprime pas le DUT. Les étudiants de ce nouveau parcours de licence professionnelle pourront également être diplômés au niveau intermédiaire de 120 crédits (niveau bac+2) avec la délivrance du DUT.

En clair, à l'issue de deux années (sur trois donc) du Bachelor Universitaire de Technologie, l'étudiant qui souhaitera s'arrêter à ce niveau pourra obtenir son DUT (moyennant la validation des 120 premiers crédits ECTS). Le DUT deviendra donc un diplôme intermédiaire, car la finalité de ce Bachelor reste sa validation du niveau licence, à bac +3.

Des changements qui n’ont pas fait l’unanimité

Toutefois, ces changements n’avaient pas été bien perçus par certains universitaires. Réunis en collectif, ils avaient publié fin 2019 dans Libération une tribune contre les propositions de Frédérique Vidal, estimant qu’elles auraient pour conséquence d’abaisser la valeur du diplôme :

« A l’aune des contraintes dévoilées cet été, la réforme aura donc assurément deux conséquences majeures : celle de l’abaissement de la valeur du diplôme. Pour les bacheliers qui s’engageront dans le futur BUT et pour les écoles et entreprises qui les recrutaient habituellement, l’abaissement des exigences pédagogiques, acté par une diminution conséquente du volume horaire dispensé, amoindrira la valeur de ce diplôme auparavant prisé par les acteurs des territoires où sont implantés les IUT. La deuxième conséquence est celle de l’affaiblissement de la voie technologique pour les bacheliers généraux qui se verront écartés du nouveau BUT, un report imposé vers les bancs d’autres formations publiques ou ceux, bien plus onéreux, des «bachelors» privés. Au-delà de ce report subi, il est par ailleurs fort probable que le BUT, qui ne gardera de technologique que son intitulé mais sera désormais inscrit dans la voie professionnelle, rebute à terme une proportion non négligeable de bacheliers de toutes origines pour qui la voie technologique représentait un compromis intéressant entre voie professionnelle et filières académiques universitaires ».

De leur côté, 22 ACD (Assemblées de chefs de départements d’IUT) sur 24 avaient publié en mars dernier un appel pour reporter la mise en oeuvre du BUT à la rentrée 2022. Elles considéraient que son déploiement à la rentrée 2021 ne pourrait pas se faire au vu de la crise sanitaire qui mobilise les équipes pédagogiques. Les ACD signataires de l’appel ont jugé « primordial de pouvoir consacrer le temps nécessaire à la réflexion et aux débats pour écrire des programmes nationaux ».

Sources : CTI, Arrêté portant sur la réforme de la licence professionnelle, Tribune d’étudiants réunis en collectif

Et vous ?

Que pensez-vous de cette évolution ?
Partagez-vous l'avis des étudiants qui craignent l'abaissement de la valeur du diplôme ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

« On va devoir abaisser le niveau des maths dans le supérieur » pour s'adapter à la réforme du ministère de rehausser le niveau au secondaire, selon Sébastien Planchenault
Microsoft met un terme à trois de ses parcours de certifications les plus populaires (MCSA, MCSD et MCSE) après juin 2020 pour se consacrer à de nouveaux autour d'Azure, de l'IA et de Dynamics 365
Classement 2020 des écoles d'ingénieurs : l'Epita prend la première place en termes de rémunération des nouveaux diplômés, avec 49 560 euros bruts par an
La difficulté à recruter de bons ingénieurs en informatique résulte-t-elle de la baisse générale du niveau scolaire, notamment, en maths et en sciences ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 23:45
Donc c'est quasiment un package DUT plus Licence Pro, ça fait sens vu que presque tous les DUT font une poursuite.
Ça pose quand même quelques problèmes :
- Un DUT qui veux faire une poursuite en Master va t'il larguer son DUT après la 2eme année pour aller en L3 info ou en L3 MIAGE, ou sera t'il habilité à aller en M1 à partir de son "bachelor" ?
- Si "bachelor" devient un titre d'état comme la Licence (et c'est quoi la différence avec la Licence ?), qu'en est il de toutes les écoles bidons qui donnent le titre inventé de bachelor sans aucune légitimité pour le faire ?

Si Bachelor deviens un titre officiel, pour bien faire toutes les écoles non habilitées devrait avoir interdiction totale d’utiliser ce terme, sinon ça va être le bordel...
Des étudiants naïfs vont continuer à croire qu'il vont étudier en école privée en "bachelor' alors qu'il sont en vrai au mieux en rncp, et au pire en rien du tout...
11  0 
Avatar de Leruas
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 22:04
Bizarre ce nom en franglais. LUT aurait été plus parlant (Licence Universitaire de Technologie), un mix entre DUT et LP.

Surtout que comme indiqué par Wikipedia : "En France, le bachelor est un titre et cursus de l'enseignement supérieur non reconnu et non contrôlé", ce qui n'est pas vraiment le cas pour ce BUT
8  0 
Avatar de herdans
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 8:36
Pourquoi changer de nom tous les ans? Cela crée une cacophonie intergénérationnel, suivant l'année d'obtention du diplôme. Bachelor est un terme anglais, ça fait plus hype pour connecting people. Merci pour l'abandon de la langue française. Autant adopter l'anglais ASAP pour toutes les schools. Ce phénomène devient de plus en plus ridicule.
5  1 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 20:38
J'ai du mal à voir vraiment la différence avec l'ancien DUT + Licence Pro.
3  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 2:41
Ils sont tous morts du Coronavirus à l'académie française, qu'est ce qui s'est passé ?
Ça sonne pas bien une LUT ?

Je voie qu'aux infos les journalistes ne disent plus "foyer d'infection" mais Cluster !

Bref ça y est le français c'est fini cette histoire ? C'est ringard ? on va tous parler anglais ?
4  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/06/2020 à 17:41
Citation Envoyé par archqt Voir le message
L'objectif est de permettre aux bac Pro de pouvoir faire des études à la FAC
Quel est l'intérêt si le BAC pro n'a pas les compétences à la poursuite d'étude ?
Le but du BAC pro n'était d'ailleurs pas d'entrer dans le monde du travail juste après ?
3  0 
Avatar de Antjac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 21:40
Je me pose aussi la question de l'avenir des licences pro dans les IUT qui seraient amputées des ex DUT. Du coup, est-ce que les ex BTS pourront intégrer encore les LP ?
2  0 
Avatar de yento
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/06/2020 à 22:15
En gros le DUT est devalue et n'a plus possibilite de poursuivre en ecole d'ingenieur. La filiere est détruite a moyen terme.

Comment continuer en ecole d'ingenieur quand les ecoles recrutent a bac+2 mais le BUT est bac+3?
Si les ecoles d'inge continuent de recruter en fin de bac+2, ca sortirait tout le haut de promotion et detruirait completement le niveau en BUT, un future diplome poubelle. (Actuellement les 10-20% en tete de DUT partent directement dans les meilleurs ecoles d'inges comme en sortie de prepas).
Si les cours sont lissés sur 3 ans plutot que 2, les etudiants auront des lacunes pour suivre en ecole d'ingenieur et peut etre que les ecoles arrêtent tout simplement de recruter en DUT et BUT.

Et le pire dans tout ca. Pas un seul mot pour dire que le Bachelor devienne un titre proteger. Sachant que c'est un terme arnaque pour les ecoles non reconnues.
Je peux comprendre qu'on prenne le terme Anglais (plutot que licence) pour faciliter la poursuite d'etudes et le travail a l'etranger, mais le minimum c'est de proteger le titre.
2  0 
Avatar de katsuo49
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 8:02
Ça sent la mort du DUT à terme. De la même façon que le DEUG et la Maîtrise qui n'ont plus de valeur réel.

En plus on se retrouve avec un gros mélange sur le BUT qui est un Bachelor donc traditionnellement un titre européen, là où un DUT et une Licence c'est un Diplôme Universitaire.

Dans le même temps quand on creuse les sources on voit qu'un des objectifs c'est ouvrir plus l'accès aux élèves des bac technologique qui sont minoritaires en DUT (versus les bac généraux) tout en augmentant le nombre d'inscrit, ça en abaissant les critères d'entrées. C'est un mauvais choix parce que la valeur du DUT c'est aussi la sélection à l'entrée sur dossier pour avoir un minimum de niveau au niveau des étudiants pour pouvoir pousser assez loin les programmes sans larguer une partie des étudiants... Ce serait tellement mieux de préparer les élèves de bac technologique pour qu'ils soient mieux préparer à la poursuite d'étude plutôt que baisser le niveau de la poursuite...
1  0 
Avatar de Antjac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 9:53
Ce diplôme donnera accès au grade de licence. Par ailleurs, j'ai cru lire que certains Bachelors privés pourront aussi donner le grade de licence (après étude du dossier décrivant le diplôme)

En fait j'ai surtout l'impression que c'est lisser un DUT sur 3 ans. Puisque grosse modo deux ans de DUT c'est entre 1620 et 1800 heures de cours et le BUT entre 1800 et 2000 heures.
On ne peut pas dire que c'est vraiment DUT + Licence Pro mais un DUT sur trois ans...

Cependant, de ce que je lis, cela remplacera la Licence Professionnelle. Mais alors, encore une fois, est-ce que les BTS pourront intégrer cette 3ème année de BUT après leur diplôme ?

J'ai moi même eu un parcours Bac techno STT -> DUT -> LP -> Ecole d'ingé (plus tard)
1  0