Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La difficulté à recruter de bons ingénieurs en informatique résulte-t-elle de la baisse générale du niveau scolaire,
Notamment, en maths et en sciences ?

Le , par Patrick Ruiz

274PARTAGES

35  0 
En ce début d’année 2020, s’il est un exercice auquel on peut s’adonner sur la base des chiffres Pôle emploi, c’est de dresser un état des lieux des besoins en main-d’œuvre dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. En d’autres termes, il s’agit de répondre à la question de savoir si les entreprises arrivent à se procurer les ressources humaines dont elles ont besoin pour l’atteinte de leurs objectifs. Si le rapport Pôle emploi pour l’année en cours est toujours attendu, il est possible d’apporter des éléments de réponse sur la base de celui de l’année qui précède.

Les entreprises ont-elles de plus en plus de difficultés à recruter ?

Dans le cadre du rapport Pôle emploi pour l’année 2019, Le secteur des technologies de l’information et de la communication pèse pour 3,9 % sur l’enveloppe globale de 2 693 000 projets de recrutement annoncés par les 1,7 million d’établissements qui participent à l’enquête. Dans ce domaine qui regroupe 29 % des participants à l’enquête, le nombre de projets d’embauche augmente de près de 21 % de 2018 à 2019 : on passe de 87 113 projets de recrutements en 2018 à 105 451 en 2019. Interrogées entre septembre et octobre 2018, 51 % des entreprises de ce secteur qui prévoient d’intégrer des travailleurs à leurs effectifs anticipent sur des difficultés à y parvenir. En 2018, c’est 50 % des établissements participant à l’enquête qui faisaient des prévisions similaires.


L’étude regroupait les ingénieurs et cadres d’étude, les chercheurs et chefs de projet en informatique dans une famille de métier pour laquelle les recruteurs anticipent le plus sur des difficultés de recrutement. Dans les chiffres, cette catégorie du secteur des technologies de l’information et de la communication concentrait 72,3 % de parts de projets difficiles. Ici, le métier d’employé et opérateur en informatique fermait la boucle avec ses 58,2 % de parts de projets difficiles. Récapitulatif…


La publication de ce rapport se faisait pourtant dans un contexte où le taux de chômage en France tournait autour de 8,8 % au terme de l’année 2018. Pourtant, comme on peut le voir, les entreprises étaient de plus en plus nombreuses à anticiper sur des difficultés à recruter. Tous secteurs confondus, la part des projets de recrutement prévus difficiles avait augmenté de 5,7 % par rapport à 2018 pour atteindre 50,1 %.


Pour l’année 2019, la pénurie ou le profil inadéquat des candidats étaient les principales causes de difficultés anticipées de recrutement mises en avant par les employeurs.

« Près de six établissements recruteurs sur dix (57 %) s’attendent à rencontrer des difficultés de recrutement en 2019. Les motifs les plus souvent avancés sont liés aux candidatures : 79 % des recruteurs anticipant des difficultés de recrutement mentionnent une « pénurie de candidats », et 77 % des candidatures au profil inadéquat. Cette part est plus importante dans les grands établissements, ce qui peut s’expliquer par le nombre parfois très important de recrutements envisagés par ces établissements.

35 % des recruteurs anticipant des difficultés mentionnent des conditions de travail défavorables (pénibilité du travail, horaires décalés, manque d’attractivité). Par ailleurs, 15 % citent des difficultés d’accès au lieu de travail, et autant des problèmes d’image du métier ou de l’entreprise. Au total, près de la moitié des recruteurs anticipant des difficultés de recrutement citent l’un de ces trois critères. Les établissements agricoles ainsi que ceux de l’industrie sont les plus nombreux à envisager ce type de difficultés liées au poste de travail (respectivement 66 % et 54 %, contre 38 % des établissements du commerce).

Enfin, 18 % des établissements anticipant des difficultés de recrutement envisagent de possibles difficultés économiques (manque de budget), et 7 % des difficultés liées aux procédures internes de recrutement. Ces situations concernent plus souvent les petites structures qui n’ont pas nécessairement de service RH », précisait le rapport.


Grosso modo, le rapport attribuait l’inadéquation des profils des candidats à des facteurs comme le manque de compétences et d’expérience. Dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, 12 % des recruteurs anticipaient ne pas parvenir à mettre la main sur l’employé idéal pour un job à cause du manque de compétences techniques en informatique. D’après ce qui ressortait des résultats de l’enquête Pôle emploi, des facteurs additionnels comme la difficulté à s’exprimer à l’oral, la présentation et le relationnel, le manque de motivation des candidats, l’importance des périodes de chômage étaient susceptibles d’étendre la liste.

S’il faut rappeler que les tendances pour l’année en cours restent attendues, il faut dire qu’on ne devrait pas connaître d’inversion radicale. Donc, réponse affirmative à la question posée d’entrée de jeu.

Baisse générale du niveau scolaire : la cause de ces difficultés à recruter ?

Cela fait plusieurs années que les enquêtes se succèdent et relèvent une baisse du niveau scolaire, notamment, en mathématiques et en sciences. Depuis 1995, l’International Association for the Evaluation of Education Achievement (IEA) apporte des éclairages à ce sujet au travers de son enquête Trends In Mathematics and Science Study (TIMSS). De façon brossée, il ressort de l’enquête TIMSS 2015 qu’en comparaison à d’autres pays et à la moyenne internationale, les représentants de l’éducation française sont à la traîne. L’enquête TIMSS 2015 révèle que les pays d’Asie de l'Est – notamment Singapour, Hong Kong, la Corée, Taipei de Chine et le Japon – dominent les autres pays en mathématiques comme en sciences, et ce, quel que soit le niveau. Elle vient confirmer les chiffres du Program for International Student Assessment (PISA) de l’OCDE dans son édition 2012…




De quoi questionner la qualité des produits des formations informatiques de France ? Quand on sait que les mathématiques et les sciences sont des matières clés pour des tiers désireux de poursuivre une carrière en informatique, une conclusion évidente semble se dégager… Les chiffres de l’enquête « lire, écrire, compter » qui mesure les performances des élèves de CM2 à vingt ans d’intervalle (1987-2007) va dans le même sens en soulignant que « les élèves très bons en calculs d’il y a 30 ans ont quasiment disparu et que les meilleurs élèves d’aujourd’hui sont au niveau des élèves moyens d’hier. »


C’est aussi avec le détail que cette étude apporte qu’une contradiction fait surface. En effet, elle montre également que des tiers avec un socle en maths suffisant pour s’attaquer à la filière TIC peuplent la workforce française. C’est des personnes qu’on peut estimer dans la fourchette 30-40 ans. Il semble donc que la baisse de niveau des apprenants à elle seule ne puisse expliquer les difficultés que les entreprises disent avoir à recruter. Une relecture du rapport Pôle emploi 2019 suggère qu’il y aurait une inadéquation entre l’offre et la demande. En sus, il semble judicieux d’intégrer le volet salarial à la réflexion.

Sur cet axe, la France n’est pas toujours comptée parmi les pays qui traitent le mieux les professionnels de la filière TIC. Il n’y a qu’à voir avec les chiffres d’une étude du site de recrutement Hired (parue en 2017) qui souligne que les salaires des développeurs et de l'IT en France sont parmi les plus bas en comparaison à d’autres pays. Cette étude précède une autre plus récente de la firme anglaise Yells qui met en avant le fait que la Chine est le pays où l’on est le mieux payé en tant que développeur web. Dans ce comparatif des salaires ajustés par rapport au coût de la vie, la France arrive en 5e position.


Sources : Pôle emploi, Twitter

Et vous  ?

Qu’en pensez-vous ?
La baisse de niveau en mathématiques et en sciences peut-elle expliquer les difficultés que les entreprises disent avoir à recruter ? Où se situe le lien selon vous ?
Partagez-vous l’avis selon lequel le traitement salarial est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises éprouvent des difficultés ?
Quel autre facteur pourriez-vous mettre en avant ?

Voir aussi :

Étude : les salaires des développeurs et de l'IT en France sont parmi les plus bas, pour quelle raison selon vous ?
À coût de la vie égal, le salaire d'un professionnel de l'IT à San Francisco est 67 % plus élevé que celui d'un Parisien, d'après une étude de Hired
Étude sur les salaires des offres d'emploi en 2016*: TypeScript, Go et Ruby sont les mieux payés
Offres d'emploi en 2016 : Java largement en tête, suivi par JavaScript et PHP
Emploi IT: Linux et l'open source sont l'eldorado aux USA, qu'en est-il de la France ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 8:03
Bonjour

La question globale est: y a t'il une baisse du niveau scolaire?
Les plus concernés parmi nous serons les pères de famille. #Anecdote: lors de la réunion parents professeurs au collège de ma fille (en 6ème et bonne élève), je me suis fait pratiquement engueuler par la prof' de math car j'enseignais à ma fille des éléments de maths de classe supérieure. Ouais, c'est vrai que le calcul en croix, les calculs sur fractions et nombres relatifs ainsi que les ensembles; c'est 'achement compliqué ! Mais, ma fille le comprenait et surtout l'appliquait en classe, en particulier le calcul en croix, bien utile pas seulement pour "l'initiation à la proportionnalité" à son cours de maths ainsi qu'en sciences. Et oui, j'avais déjà vu cela qu'en j'étais en 6ème! La prof' m'explique que je ne dois pas me substituer à elle, je lui répondais que ma fille voulait en savoir plus et que c'était sa demande, et qu'en tant que père, si je peux lui donner ce qu'elle demande, je lui donne.
Pour moi, la baisse est bien réelle. Mais elle vient des programmes scolaires. Je suis convaincu que nos enfants ne sont pas plus crétins que nous à leurs âges. Ainsi, d'où vient cette volonté d'en faire toujours moins dans les programmes scolaires?
Et oui, faudra pas s'étonner d'avoir en suite des manques dans la vie professionnelle, en terme de connaissances comme en terme d'initiative.

@++
43  3 
Avatar de tpericard
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 8:17
Bonjour les gens,

Qu’en pensez-vous ?
Il y a des difficultés de recrutements, quelque soit le secteur.

La baisse de niveau en mathématiques et en sciences peut-elle expliquer les difficultés que les entreprises disent avoir à recruter ?
Où se situe le lien selon vous ?

C'est une baisse générale du niveau que nous pouvons constater chaque jour autour de nous, en entreprise, dans la presse, à la télévision, etc ... et pas seulement en Sciences mais aussi dans ce que l'on appelait autrefois les humanités.
Pour en revenir au recrutement, il y aussi une tendance très forte à l'instantanéité. Les entreprises recherchent le mouton à 5 pattes pour éviter d'avoir des frais de formation. E

Partagez-vous l’avis selon lequel le traitement salarial est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises éprouvent des difficultés ?
Incontestablement. Quand vous recrutez des gens au smic, ou pas très au dessus, vous devez bien vous douter qu'ils vont partir dans quelques années. Surtout s'ils ont un peu d'expérience préalable, dans d'autres domaines.

Quel autre facteur pourriez-vous mettre en avant ?
La motivation par l'intérêt du travail par exemple. En France nous avons encore trop une organisation hiérarchique. C'est le chef qui décide de tout, et le salarié, voire le cadre moyen, lambda n'a qu'à obéir. Donner plus de responsabilité (et donc un peu plus de sous aussi à moyen terme) à un salarié ne peut que le motiver.

Le recrutement par le clonage. Trop souvent une entreprise recrute dans les mêmes "viviers" que les personnes déjà en place, et se privent ainsi de profils qui pourraient lui apporter beaucoup. Un profil atypique et/ou un profil qui a montré de grandes capacités de résiliences, pourraient être des atouts pour gérer les situations tendues … etc …

Autre facteur, la récompense de la fidélité par la promotion interne. Aujourd'hui dans une ESN celui ou celle qui reste trop longtemps (au delà de quelque années) est la plupart du temps mis au placard. On ne le fait plus monter, on ne l'augmente plus, et pire il/elle voit arriver des personnes externes pour remplir un nouveau poste que lui/elle même aurait pu remplir.
Alors quelle est la réaction ? Ben les démissions pour aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Et c'est normal !

Tant que les entreprises ne prendront pas plus en compte la richesse du capital humain qu'elles possèdent, ça continuera ainsi
23  0 
Avatar de Mrsky
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 9:17
L'abaissement du niveau scolaire, dans tous les domaines, est une réalité. L'éducation nationale fonctionne avec des quotas et se fout de la réalité du terrain. Ainsi les passages en classe supérieure sont quasi automatiques même pour les mauvais élèves car on ne veut pas faire redoubler. Et si on propose le redoublement les parents viennent râler et obtiennent presque tout le temps gain de cause. Le bac est devenu une farce car on veut maintenir un taux de réussite donc on ajuste les sujets et/ou les consignes de notations.

Je vous invite à chercher sur le net, les quantités de témoignages de profs à ce sujet est terrifiant.

Cela dit, pour ce qui est de l'informatique je ne pense pas que ça ai un lien direct. Pour moi il y a 2 facteurs : le premier étant qu'on a vendu pendant pas mal d'années le fait que tout le monde pouvait être informaticien et que c'était un peu l'eldorado de l'emploi. Du coup on se retrouve avec des gens qui n'aiment pas spécialement ça et qui se heurtent au passage vers dev. intermédiaire voir senior car dans ce milieu en évolution constante si tu ne suis pas tu peux vite être à la traîne. On ne dit pas aux gens que tout le monde peut être architecte ou médecin ou je ne sais quoi, l'informatique c'est pareil. Le deuxième facteur c'est juste que les conditions de travail dans encore trop d'entreprises sont pourries, en lien direct avec le système de hiérarchie à la française. Dans beaucoup de boites on a encore ces milles feuilles de chefs et de responsables dont le but est de ne pas être responsable de quoi que ce soit et de donner des ordres. Et on ne paye toujours pas les techniciens correctement.
23  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 9:12
C'est simple, parce que la vision de l'égalité pour certains, c'est le nivellement par le bas.

Faut que personne redouble, faut que tout le monde ai le BAC, faut que tout le monde puisse aller à la FAC, faut que tout le monde ai son diplôme…

Quand t'as compris ça, t'as plus besoin de bosser pour passer, et à part les bonnes poires, plus personne n'étudie réellement sérieusement. Donc à partir de là, c'est normal de se retrouver avec un niveau minable en sortie d'école.
24  2 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 11:10
La difficulté à recruter de bons ingénieurs en informatique résulte-t-elle de la baisse du niveau scolaire ?
2 éléments dans une même phrase qui n'ont pas de lien direct!

  1. Oui, le niveau scolaire baisse! Il suffit pour un RH de comparer la qualité des dossiers de candidature d'aujourd'hui et ceux vieux de 10 ou 20 ans! Il suffit de lire le rapport écrit par un ingénieur fraichement sorti d'une haute école pour voir une faute d'orthographe, de syntaxe ou de grammaire à chaque ligne (et attention, on parle bien d'un "gugusse" de langue maternelle française!)
  2. Les compétences nécessaires à un bon ingénieur ingénieur en informatique se développent par la pratique et non pas sur le banc de l'école. Problème: L'économie ne laisse pas le temps à l'ingénieur de développer son expérience technique. Pour peu qu'il montre des qualités, il est immédiatement extirpé de ses activités techniques pour devenir un administratif (chef de projet, ingénieur de vente, etc.)
20  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 8:54
Non, rien à voir avec la baisse du niveau scolaire, ou à la marge. Qui a appris quoi que ce soit d'utile pour l'informatique à l'école (jusqu'au lycée tout du moins) ?

C'est surtout que les fonctions techniques restent sous valorisées par rapport aux postes axés sur le management (Chef de Projets, qui reste un objectif pour beaucoup d'informaticiens français) ou sur les aspects commerciaux et relations clients.

Pourtant, in fine, sans la technique, il n'y a rien à manager, ni rien à vendre.

La route reste encore longue en France pour que les mentalités évoluent et pour que l'expertise soit valorisée comme il se doit.
21  4 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 14:09
Le nerf de la guerre, c'est l'argent.

Le problème, c'est que les entreprises veulent le mouton à 5 pattes pour faire un job lambda, mais veulent ce mouton à 5 pattes pour le prix d'un canard boiteux.

Ensuite, il faut voir les débouchés de la filière IT en France. Soit tu deviens chef de projet. Soit... ben en fait non, il n'y a pas vraiment d'alternatives sinon le placard à plus ou moins long terme.

J'ai 35 ans, j'ai aucune envie de devenir chef de projet, mais je ne vois pas vraiment d'autres choix à l'heure actuelle. LM'expertise technique n'est pas reconnue comme un métier à part entière.

Quand au niveau scolaire, là encore, le nerf de la guerre, c'est l'argent. Les gens qui enseignent à nos gamins sont payés à coup de lance pierre. Vous me direz, oui mais il ont des avantages, plein de vacances, l'emploi à vie, etc... C'est vrai, mais ce n'est qu'un face de la pièce : l'autre face, c'est un salaire bas, c'est des horaires contraints, aucune reconnaissance, aucune évolution de carrière, plus aucun respect de la plupart des élèves et de leur parent.

Fut un temps où les instituteurs étaient des notables des nos villes et villages, avec les curés. Les deux ont perdus de leur superbe. Dans je ne sais plus quelle académie de banlieue parisienne, pour avoir son CAPES, il suffisait d'avoir 4 sur 20 en math tellement il y a peu de bons candidats. Les bons élèves ne veulent plus devenir profs. Les profs ne veulent plus que leurs enfants deviennent profs. Cherchez l'erreur.

Alors oui, si vous rajoutez qu'en plus, en France, la pédagogie, c'est un mot servi à toutes les sauces mais qui n'est JAMAIS réellement enseigné aux enseignants eux même, et que les programmes pédagogiques sont à chaque fois sabrés, forcément, c'est compliqué de maintenir le niveau.

D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que dans les "grands" lycées, ils ne suivent pas forcément les programmes à la lettre, l'officiel, c'est bâclé en un semestre, et le second semestre, c'est du en plus pour la préparation aux grandes écoles.
17  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 11:38
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Qui a appris quoi que ce soit d'utile pour l'informatique à l'école (jusqu'au lycée tout du moins) ?
C'est pas les théorème et les formules que tu apprends qui sont important c'est surtout l'apprentissage de la réflexion et de la capacité à résoudre des problème. Et ca ca commence dès le début.

Perso j'explique la baisse du niveau plus par le profil des candidats. Dans ma génération (#modevieuxcon) de trentenaire , personne ou presque ne fait de l'informatique par hasard. C'est en général avant tout une passion. De fait on est en général très investis et intéressé ce qui inévitablement créer des profils technique fort.
Aujourd'hui tout le monde sait que l'informatique ca recrute beaucoup et que ça paie plutôt bien , du coup on passe de petite promo de passioné ,à des promos de avec des mecs qui font de l'info comme il aurait pu faire de la bio ou des maths. C'est juste alimentaire , du coup en fait le minimum.

Perso quand j'ai l'opportunité d'essayer une nouvelle techno , je suis toujours vachement enthousiaste. Aujourd'hui la majorité des stagiaires que je rencontre , ça les emmerdes de sortir de leur zone de confort , ont pas envie de chercher et ne s'intéresse à rien ... Du coup il sont "ok" dans leur domaine ou sur le framework qu'on leur à imposé à l'école et mauvais ailleurs.
13  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 12:39
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
Oui mais au final le nombre de passionnés global augmente, j'en veux pour preuve le nombre de forums qui pullulent et les conventions, les chaines dédiées, reste à savoir écrémer dans la masse.
Pour bosser en parallèle avec les RH et BM de ma société, c'est plutôt le manque de candidats tout cours le soucis par rapport à la demande, on à même du prendre des anciens profs de maths pour combler des postes par manque de candidats donc autant dire qu'on essaye de mettre des carrés dans des ronds.
Je ne sait pas si le nombre de passionnés augmente fortement. En tous cas, il augmente moins vite que le besoin. Et puis ça amène à des aberrations, genre une semaine de projet à la maison à faire pour des jeunes diplômés arriver à rentrer dans une startup. Non payé, le projet. de quoi dégoûter les gens - y compris les passionnés.

Citation Envoyé par elyos421 Voir le message
ne serait ce pas simplement des indicateurs visant à faciliter l'utilisation des travailleurs détachés dans les ESN ?
Les problèmes de recrutement sont réels partout. Pas seulement en ESN. les 45 postes en Italie dont je parlais sont en interne(ils vont sans doute compléter par de la consultance, hein, mais pas que - ils ont aussi besoin de 45 postes fermes en interne). Donc ça peut jouer, en effet, mais ce n'est au plus qu'une partie du problème. On a besoin de gens plus intelligents et mieux formés en plus grand nombre. Et personne ne veut se donner la peine de les former, ni l'éducation nationale(cf posts de Neckara, qui ramasse les morceaux dans le supérieur), ni les employeurs potentiels. Quand à augmenter l'intelligence des gens, euh, comment dire.....

Si je résume :
  1. on a des besoins de plus en plus forts, de plus en plus précis
  2. on a besoin de gens qui savent s'adapter, mais ont aussi une forte connaissance spécifique
  3. l'école ne filtre plus, et donne à tout le monde une formation minimale
  4. les employeurs refusent de former à leurs spécificités
  5. L'intelligence moyenne réelle ne varie que fort peu, alors que l'intelligence dont on a besoin augmente fortement
  6. les humanités qui permettent d'apprendre à réfléchir sont dénigrées au profit de connaissances techniques qui seront obsolètes dans 5 ans
  7. les employeurs privilégient systématiquement certaines démographies(et c'est pas entièrement leur faute, les autres démographies sont souvent écartées par le système avant même d'arriver dans le supérieur)
  8. les rares gens qui font l'affaire, on les écrase de boulot, on les dégoûte, on les burn-outise, et ils finissent par aller élever des chèvres dans le Larzac.


Fatalement, ça ne peut pas bien se terminer. Les soucis scolaires évoqués font partie du problème, mais n'en sont qu'un aspect mineur.
13  0 
Avatar de Pomalaix
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 13:32
Une des causes des problèmes de recrutement, c'est la certitude de beaucoup de boîtes d'avoir des besoins super pointus.
Un bac + 5 est dans 80% des cas un critère complètement inutile, un snobisme total.

L'exercice professionnel (en informatique de gestion) est bien souvent une lente régression intellectuelle.
Au bout de quelques années, on se rend compte que le calcul le plus complexe qu'on a été amené à faire depuis qu'on a commencé à travailler, c'est un pourcentage !

Au passage, des bac + 5, j'en croise un paquet lors de mes missions ou des formations que j'assure.
Force est de constater qu'il y en a très peu qui m'impressionnent, entre ceux qui ne savent pas écrire, ni dérouler un raisonnement digne de ce nom.
Mais je croise aussi, bien sûr, quelques sacrées machines intellectuelles !

Ma conclusion : arrêtez de croire qu'il ne vous faut que des champions, et embauchez des bac + 2 avec un salaire décent.
12  0