IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le CFPB prend des mesures contre le Coding Bootcamp BloomTech Lambda School
Les étudiants ont été attirés par de fausses promesses, un marketing trompeur et des contrats illégaux

Le , par Jade Emy

22PARTAGES

10  0 
Le CFPB prend des mesures contre le Coding Bootcamp BloomTech et son PDG Austen Allred pour avoir trompé les étudiants et caché le coût des prêts. L'école à but lucratif a fait de fausses déclarations sur les taux de placement.

Le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) a émis une ordonnance à l'encontre de BloomTech et de son PDG, Austen Allred, pour avoir trompé les étudiants sur le coût des prêts et fait de fausses déclarations sur les taux d'embauche des diplômés.

Le CFPB a constaté que BloomTech et Allred ont faussement dit aux étudiants que les contrats d'accord de "partage des revenus" de l'école n'étaient pas des prêts, alors qu'il s'agissait en fait de prêts assortis de frais financiers moyens d'environ 4 000 dollars. BloomTech et Allred ont attiré les candidats à l'inscription en leur promettant des taux de placement allant jusqu'à 86 %, alors que les mesures internes de l'entreprise indiquaient des taux de placement plus proches de 50 % et, dans certains cas, aussi bas que 30 %.

L'ordonnance interdit définitivement à BloomTech toute activité de prêt à la consommation et à Allred toute activité de prêt aux étudiants pendant dix ans. Le CFPB ordonne également à BloomTech et à Allred de cesser de percevoir des paiements sur les prêts avec partage des revenus pour les diplômés qui n'ont pas eu d'emploi admissible, d'éliminer les changements financiers pour certains accords et de permettre aux étudiants de se retirer sans pénalité. BloomTech et Allred doivent également payer plus de 164 000 dollars de pénalités civiles, qui seront déposées dans le fonds d'aide aux victimes du CFPB.

"BloomTech et son PDG ont cherché à pousser les étudiants vers des prêts à revenus partagés qui étaient présentés comme sans risque, mais qui comportaient en fait des frais financiers importants et de nombreux risques identiques à ceux d'autres produits de crédit", a déclaré Rohit Chopra, directeur du CFPB. "L'action d'aujourd'hui souligne l'importance accrue que nous accordons aux enquêtes sur les dirigeants individuels et, le cas échéant, à leur inculpation pour infraction à la loi".


BloomTech est une école professionnelle à but lucratif dont le siège se trouve à San Francisco et qui appartient principalement à M. Allred et à divers fonds de capital-risque de la Silicon Valley. Allred a fondé la société sous le nom de Lambda School en 2017, et l'a rebaptisée BloomTech ou Bloom Institute of Technology en 2022.

BloomTech propose des programmes de formation à court terme, généralement de six à neuf mois, dans des domaines tels que le développement web, la science des données et l'ingénierie backend. Depuis 2017, BloomTech a octroyé au moins 11 000 prêts de partage des revenus, la plupart des étudiants de BloomTech finançant leurs frais de scolarité avec ces prêts. Dans le cadre de la quasi-totalité de ces prêts, les étudiants qui gagnent plus de 50 000 dollars dans un domaine connexe sont tenus de verser à BloomTech 17 % de leur revenu avant impôt chaque mois jusqu'à ce qu'ils effectuent 24 paiements ou atteignent un "plafond" de 30 000 dollars de paiements totaux.

Le CFPB a constaté que les étudiants de BloomTech ont été attirés par de fausses promesses et un marketing trompeur. BloomTech et Allred ont :

  • Caché le coût et la véritable nature de la dette des étudiants : BloomTech a faussement prétendu que ses accords de "partage des revenus" n'étaient pas des prêts, ne créaient pas de dette, ne comportaient pas de frais financiers et étaient "sans risque". En fait, les accords sont des prêts avec une charge financière moyenne de 4 000 dollars. Les prêts comportent un risque substantiel, car un seul paiement manqué déclenche un défaut de paiement et le reste du "plafond" de 30 000 dollars devient immédiatement exigible. BloomTech a en outre dissimulé le coût et la nature des prêts "à revenus partagés" en ne divulguant pas des termes clés tels que les frais financiers et le taux de pourcentage annuel, comme l'exige la loi.
  • Trompé les étudiants potentiels avec des taux de placement gonflés : BloomTech a annoncé sur son site web que 71 à 86 % des étudiants étaient placés dans des emplois dans les six mois suivant l'obtention de leur diplôme, alors que ses rapports non publics aux investisseurs montraient systématiquement des taux de placement plus proches de 50 %. M. Allred a tweeté que l'école avait atteint un taux de placement de 100 % dans l'une de ses cohortes, avant de reconnaître dans un message privé que l'échantillon n'était composé que d'un seul étudiant.
  • Fait de fausses déclarations sur leurs intérêts financiers en vendant des prêts à des investisseurs : Le marketing de BloomTech a fait croire que ses propres intérêts étaient alignés sur ceux des étudiants, avec des affirmations telles que "Nous ne sommes pas payés tant que vous ne l'êtes pas" et "Parce que nous investissons en vous, et non l'inverse, nous ne gagnons de l'argent que lorsque vous en gagnez". En réalité, la société vendait de nombreux prêts "à revenus partagés" à des investisseurs et était donc souvent payée bien avant que l'étudiant n'ait terminé le programme et commencé à percevoir un salaire.
  • Effectué des pratiques contractuelles illégales : BloomTech a violé une protection fédérale des consommateurs connue sous le nom de "Holder Rule", en omettant d'inclure une disposition obligatoire soumettant tout propriétaire du prêt aux réclamations et défenses légales que les étudiants pourraient faire valoir contre BloomTech. Les étudiants ont donc été privés des droits qu'ils auraient dû avoir lorsque leur prêt "à revenus partagés" a été vendu à un investisseur.


Mesures d'application

En vertu de la loi sur la protection financière des consommateurs (CFPA), le CFPB est habilité à prendre des mesures à l'encontre des institutions qui enfreignent les lois sur la protection financière des consommateurs, notamment en se livrant à des actes ou pratiques déloyaux, trompeurs ou abusifs. Le CFPB a constaté que BloomTech et Allred ont utilisé des déclarations trompeuses et ont profité de manière déraisonnable de la confiance raisonnable des consommateurs dans BloomTech pour agir dans leur intérêt.

En vertu de l'ordonnance du CFPB, BloomTech et Allred doivent :

  • Cesser de percevoir des paiements sur certains diplômés : BloomTech ne doit pas percevoir de paiements supplémentaires sur les prêts "à revenus partagés" pour les diplômés qui n'ont pas eu d'emploi qualifiant au cours de l'année écoulée.
  • Modifier les contrats de prêt "à revenus partagés" : L'ordonnance modifie les conditions des prêts "à revenus partagés" afin d'éliminer les frais financiers pour les consommateurs qui ont terminé le programme il y a plus de 18 mois et qui ont obtenu un emploi admissible dont le salaire est inférieur ou égal à 70 000 dollars.
  • Permettre aux étudiants de se retirer sans pénalité : Les étudiants actuels auront la possibilité de se retirer du programme et d'annuler leurs prêts "à revenus partagés" ou de continuer le programme avec un prêt d'une tierce partie.
  • Payer plus de 164 000 dollars de pénalités : BloomTech paiera plus de 64 000 dollars et Allred 100 000 dollars de pénalités au fonds d'aide aux victimes du CFPB.
Source : CFPB

Et vous ?

Pensez-vous que ces sanctions sont crédibles ou pertinentes ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Lambda School : un Coding Bootcamp de plus pris en flagrant délit de publicité mensongère avec un taux d'employabilité bien plus faible que celui annoncé

Le Coding Bootcamp Lambda School exige de postuler à 460 emplois pour bénéficier d'un remboursement des frais de scolarité : Arnaque ? Que pensez-vous de ces formations intensives en programmation ?

Coding Bootcamp : on leur a promis un job de développeur, mais c'était une arnaque. Aucun d'eux n'a eu ce job

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !