IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Plus de la moitié des étudiants de premier cycle utilisent l'IA dans leurs dissertations
Mais ils ne savent pas quand elle "hallucine", en inventant des statistiques, des citations ou des faits

Le , par Jade Emy

9PARTAGES

6  0 
Plus de la moitié des étudiants de premier cycle déclarent consulter des programmes d'intelligence artificielle pour les aider à rédiger leurs dissertations, tandis que les écoles testent leur utilisation dans les salles de classe. Les enseignants utilisent également la technologie générative pour faciliter la planification des cours, dans l'espoir qu'elle puisse alléger leur charge de travail.

Une enquête menée par le Higher Education Policy Institute (Hepi) auprès de plus de 1 000 étudiants britanniques de premier cycle a révélé que 53 % d'entre eux utilisaient l'intelligence artificielle pour générer des documents en vue d'un travail sur lequel ils seraient notés. Un étudiant sur quatre utilise des applications telles que Google Bard ou ChatGPT pour suggérer des sujets et un étudiant sur huit les utilise pour créer du contenu. Seulement 5 % ont admis avoir copié et collé du texte non édité généré par l'IA dans leurs évaluations.

L'enquête a révélé aussi qu'un étudiant sur trois utilisant l'IA ne savait pas à quelle fréquence elle "hallucinait", c'est-à-dire qu'elle inventait des statistiques, des citations académiques ou des titres de livres pour combler ce qu'elle percevait comme des lacunes.

Les enseignants cherchent également à utiliser l'IA pour rationaliser leur travail. L'Education Endowment Foundation (EEF) a recruté des écoles secondaires pour un nouveau projet de recherche sur l'utilisation de l'IA pour générer des plans de cours et du matériel pédagogique, ainsi que des examens et des modèles de réponses. Selon la proposition de l'EEF, l'utilisation de l'IA pourrait contribuer à réduire la charge de travail des enseignants et à améliorer la qualité de leur enseignement.


Point de vue des étudiants sur l'IA générative dans l'enseignement supérieur

Depuis la sortie de ChatGPT en novembre 2022, l'intérêt pour les outils d'intelligence artificielle générative (GenAI), capables de créer de nouveaux contenus tels que du texte, des images et des vidéos, a explosé. De nombreuses personnes sont enthousiasmées par le potentiel de la GenAI à améliorer l'apprentissage, à soutenir les étudiants et à réduire la charge de travail des étudiants et du personnel. Mais on s'inquiète tout autant d'une éventuelle épidémie de tricherie basée sur l'IA.

Il s'agit de la première étude à l'échelle du Royaume-Uni à explorer l'utilisation de l'IA générative par les étudiants depuis la publication de ChatGPT. La HEPI s'est associée à Kortext, les experts en contenu numérique, en expérience étudiante et en données d'engagement et les créateurs de l'outil d'IA générative Kortext Premium, pour lever le voile sur la façon dont les étudiants pensent et utilisent les nouvelles technologies d'IA générative.

Dans son enquête, HEPI a interrogé plus de 1 200 étudiants de premier cycle par l'intermédiaire de l'UCAS, les résultats étant pondérés pour être représentatifs de la population étudiante actuelle. Ils ont constaté que l'utilisation de l'IA générative s'est normalisée dans l'enseignement supérieur. La plupart des étudiants ont utilisé un outil d'IA pour soutenir leurs études et les universités sont généralement considérées comme fiables pour identifier les travaux produits par la GenAI. Cependant, les étudiants veulent non seulement des politiques claires, mais aussi un soutien dans l'utilisation de l'IA générative pour les aider dans leurs études.

Les principales conclusions sont les suivantes :

  • Plus de la moitié des étudiants (53 %) ont utilisé l'IA générative pour les aider à préparer leurs évaluations. L'utilisation la plus courante est celle d'un "tuteur privé d'IA" (36 %), qui les aide à expliquer des concepts.

  • Plus d'un étudiant sur huit (13 %) utilise l'IA générative pour générer du texte pour les évaluations, mais ils modifient généralement le contenu avant de le soumettre. Seuls 5 % des étudiants intègrent un texte généré par l'IA dans les évaluations sans le modifier personnellement - ce qui, peut-être, sera interdit par la plupart des établissements.

  • Plus d'un tiers des étudiants qui ont utilisé l'IA générative (35 %) ne savent pas à quelle fréquence elle produit des faits, des statistiques ou des citations inventés ("hallucinations").

  • Une "fracture numérique" dans l'utilisation de l'IA pourrait apparaître, les étudiants de sexe masculin, les étudiants issus des milieux les plus favorisés et les étudiants d'origine asiatique étant beaucoup plus susceptibles d'avoir utilisé l'IA générative que les autres étudiants.

  • Une majorité d'étudiants considèrent qu'il est acceptable d'utiliser l'IA générative pour expliquer des concepts (66 %), suggérer des idées de recherche (54 %) et résumer des articles (53 %), mais seulement 3 % pensent qu'il est acceptable d'utiliser des textes d'IA dans les évaluations sans les modifier.

  • Une majorité de répondants (63 %) pensent que leur établissement a une politique "claire" sur l'utilisation de l'IA, et seulement 12 % pensent qu'elle n'est pas claire. Deux tiers des étudiants (65 %) pensent également que leur établissement pourrait repérer les travaux produits par l'IA.

  • Les étudiants pensent que les établissements devraient fournir davantage d'outils d'IA. Alors que trois étudiants sur dix (30 %) sont d'accord ou tout à fait d'accord pour dire que leur établissement devrait fournir de tels outils, moins d'un étudiant sur dix (9 %) déclare qu'il le fait actuellement.

  • Seul un cinquième des étudiants (22 %) sont satisfaits du soutien qu'ils ont reçu en matière d'IA. La plupart des étudiants (62 %) sont neutres ou disent ne pas savoir.

  • Près des trois quarts (73 %) prévoient d'utiliser l'IA à la fin de leurs études. Ils prévoient le plus souvent de l'utiliser pour traduire des textes (38 %), améliorer des contenus écrits (37 %) et résumer des textes (33 %). Seul un cinquième des étudiants (19 %) prévoit de l'utiliser pour générer du texte.


Le rapport recommande en outre ce qui suit :

  1. Les établissements devraient élaborer des politiques claires sur les utilisations acceptables et inacceptables de l'IA.

  2. Lorsque l'IA présente des avantages, les établissements devraient enseigner aux étudiants comment l'utiliser efficacement et comment vérifier si le contenu qu'elle produit est de haute qualité.

  3. Pour éviter que la "fracture numérique" ne se creuse, les établissements devraient fournir des outils d'IA à ceux qui n'ont pas les moyens de se les offrir pour faciliter l'apprentissage.

  4. Le ministère de l'Éducation et les administrations décentralisées devraient commander d'urgence des études pour déterminer comment l'évaluation académique sera affectée par l'IA.


Josh Freeman, responsable des politiques à l'HEPI et auteur du rapport, a déclaré :

Lorsque la poussière est retombée après le lancement du ChatGPT, certains ont prédit la fin de l'évaluation telle que nous la connaissons. Mais jusqu'à présent, les établissements d'enseignement supérieur ont maintenu des normes de rigueur, et ils méritent d'être félicités. Les étudiants font confiance aux établissements pour repérer l'utilisation d'outils d'IA et ils estiment que le personnel comprend le fonctionnement de l'IA. Par conséquent, plutôt que de faire rédiger leurs dissertations par des chatbots, les étudiants utilisent l'IA de manière plus limitée : pour les aider à étudier, mais pas pour faire tout le travail.

Toutefois, il est urgent d'agir pour éviter qu'une nouvelle "fracture numérique" ne se creuse. Les outils d'IA sont encore nouveaux et souvent inconnus. Pour chaque étudiant qui utilise l'IA générative tous les jours, il y en a un autre qui n'a jamais ouvert ChatGPT ou Google Bard, ce qui donne un énorme avantage à certains étudiants.

Le fossé ne fera que se creuser au fur et à mesure que les outils d'IA générative deviendront plus puissants. Plutôt que d'adopter une approche punitive, les établissements devraient former les étudiants à l'utilisation efficace de l'IA générative - et être prêts à fournir des outils d'IA là où ils peuvent aider à l'apprentissage.
Robin Gibson, directeur des affaires extérieures chez Kortext, a déclaré :

Il est clair que l'adoption de l'IA générative par la population étudiante a été rapide et largement positive. Kortext a été l'une des premières entreprises edtech à fournir une solution d'IA générative sur mesure pour l'enseignement supérieur, atténuant ainsi les incertitudes exprimées par les étudiants dans cette recherche. Nous sommes impatients de continuer à donner aux étudiants des outils qui favorisent un environnement d'apprentissage dynamique, afin de préparer les futurs dirigeants à un monde défini par des possibilités illimitées.
Source : "Provide or punish? Students’ views on generative AI in higher education" par Josh Freeman

Et vous ?

Pensez-vous que cette enquête est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

ChatGPT rédige désormais les dissertations des étudiants et l'enseignement supérieur est confronté à un grave problème. La détection des contenus générés par l'IA semble de plus en plus difficile

Pourquoi les universités devraient revenir aux examens oraux à l'ère de l'IA et de ChatGPT, un doyen d'université affirme que cela élimine systématiquement les risques de plagiat et de tricherie

51 % des enseignants déclarent utiliser ChatGPT dans le cadre de leur travail, de même que 33 % des élèves, et affirment que l'outil a eu un impact positif sur leur enseignement et leur apprentissage

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !