IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des scientifiques ont demandé à des étudiants d'essayer de tromper, Proctorio, un logiciel anti tricherie
Et ils ont réussi

Le , par Nancy Rey

11PARTAGES

10  0 
Depuis le début de la pandémie de COVID-19 de nombreux étudiants se sont retrouvés à passer des examens sous la surveillance d'un logiciel de surveillance comme Proctorio, qui surveille les étudiants grâce à des systèmes algorithmiques qui, entre autres, détectent les mouvements des yeux, suivent les frappes du clavier et contrôlent les entrées audio. Pourtant, bien que ces plateformes de surveillance en ligne les plus populaires, comme Proctorio, affirment utiliser une "technologie de pointe" et "garantir l'intégrité totale de chaque évaluation, à chaque fois", les étudiants trichent quand même à leurs examens. Les chercheurs, de l'Université de Twente aux Pays-Bas, ont conclu que le logiciel est « mieux comparé à la prise d'un placebo : il a une certaine influence positive, non pas parce qu'il fonctionne, mais parce que les gens croient qu'il fonctionne ou qu'il pourrait fonctionner ».


Proctorio, un logiciel anti-triche populaire utilisé par les écoles du monde entier, n'a pas réussi à détecter tous les tricheurs dans un environnement de test contrôlé, selon une étude. Proctorio demande aux étudiants d'installer une extension de navigateur ou une application sur leur ordinateur, qui suit les mouvements des yeux et le langage corporel des étudiants pendant les examens afin de signaler automatiquement les comportements "suspects", qui peuvent être (mais ne sont pas toujours) vérifiés par un humain.

L'étude, présentée pour la première fois lors de la 13e conférence internationale sur l'enseignement assisté par ordinateur en avril 2021, visait à déterminer si le logiciel fonctionnait. Ils ont donc engagé 30 étudiants volontaires du programme d'informatique de l'université et ont demandé à six d'entre eux de tricher à un examen de première année supervisé par Proctorio. À cinq autres de ne pas tricher, mais d'agir de manière suspecte, et aux autres de passer l'examen honnêtement. Les chercheurs ont laissé à la créativité des étudiants le soin de décider comment tricher afin de tromper au mieux le système.

Les résultats ont confirmé que Proctorio n'est pas bon pour attraper les tricheurs. Le système n'a signalé aucun des tricheurs comme étant en train de tricher. Certains ont utilisé des machines virtuelles, une vulnérabilité connue du système de Proctorio. L'étude indique que le logiciel a signalé ces étudiants comme une "irrégularité", mais a également signalé d'autres étudiants honnêtes comme présentant la même irrégularité. De même, certains tricheurs ont utilisé des appels audio, mais Proctorio n'a pas signalé leur audio comme anormal, mais a signalé l'audio des étudiants passant des tests dans des environnements bruyants comme anormal.

Un examen humain indépendant des données et des séquences n'a permis d'attraper qu'un seul des six tricheurs, en grande partie parce qu'ils ne pouvaient pas voir ce que les étudiants faisaient à partir de la poitrine, en raison de l'angle de la webcam et de la fonction optionnelle de "balayage de la pièce", qui permet aux étudiants de prendre des séquences de la pièce dans laquelle ils passent le test, souvent floues.

David Lux, un porte-parole de Proctorio, a présenté trois autres études sur « l'efficacité de la surveillance en ligne » qui sont « multidisciplinaires et avec une taille d'échantillon plus robuste », des défauts de l'étude de l'Université de Twente que les auteurs ont reconnu. Cependant, aucune de ces trois études n'était une expérience contrôlée. Au lieu de cela, elles ont utilisé des enquêtes ou des modèles de régression pour estimer les taux de tricherie et l'attitude des étudiants vis-à-vis de la surveillance en ligne. Non seulement ces études étaient conçues différemment, mais elles s'intéressaient également à une question fondamentalement différente, puisqu'aucune d'entre elles ne cherchait à savoir si les logiciels de contrôle en ligne étaient efficaces pour attraper les tricheurs.

Cela étant dit, toutes les études s'accordent plus ou moins sur le point central de l'étude de l'Université de Twente : le logiciel lui-même a probablement un effet dissuasif sur le type de tricherie facile et sans effort qui se produit sans l'ombre d'un surveillant, par exemple lorsque les étudiants passent le test au même endroit et se consultent en temps réel. La question de savoir si les écoles doivent payer des milliers de dollars par test pour obtenir ce résultat tout en mettant en péril la vie privée de leurs étudiants, ou, par exemple, si un étudiant diplômé peut assister à l'examen alors que tout le monde a son appareil photo allumé, est peut-être le sujet d'une autre étude.

Les universités déboursent parfois des milliers de dollars par examen pour Proctorio, ce qui permet au moins de donner l'impression que l'intégrité académique est maintenue pendant l'apprentissage à distance. Mais pour certains étudiants, l'utilisation de Proctorio et d'autres services de surveillance en ligne est envahissante et anxiogène, les soumettant, ainsi que leur entourage, à une surveillance injustifiée qu'il est difficile de refuser sans que leurs études en pâtissent.

Alors que Proctorio et d'autres sociétés de surveillance présentent souvent leur logiciel comme un mal nécessaire dans le contexte d'une pandémie, les instructeurs ont fait valoir qu'il existe d'autres moyens (plus efficaces) de prévenir la fraude universitaire. Il peut s'agir de concevoir des environnements de test qui empêchent la tricherie sans recourir à la surveillance, ou d'adapter la structure des cours pour que les notes finales soient basées sur d'autres formes d'évaluation, comme la moyenne de quelques travaux intermédiaires ou un examen à livre ouvert. Les logiciels de surveillance en ligne sont certainement la solution de facilité, mais cela ne signifie pas que c'est toujours la bonne solution.

Source : Université de Twente

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quelle approche préconisez-vous pour le suivi à distance du déroulement des examens d’étudiants de la filière informatique ?

Voir aussi :

Les logiciels de contrôle à distance des examens soumettent-ils les étudiants à une surveillance inutile ? Oui, d'après l'EFF qui initie une action en justice contre l'éditeur Proctorio

La pandémie profite à l'industrie des logiciels de surveillance anti-tricherie qui sont de plus en plus déployés, pour surveiller les étudiants pendant les examens en ligne

Des employés en télétravail photographiés toutes les 5 minutes par des patrons désireux de juger de leur productivité via un service vidéo en continu, en expansion rapide avec le coronavirus

Comment les étudiants en programmation contournent les systèmes automatisés de correction des soumissions pour tricher aux évaluations des MOOCs

Canon a installé dans ses bureaux chinois des caméras dotées d'une technologie de « reconnaissance des sourires » basée sur l'IA qui ne laissent entrer que les employés souriants

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/09/2022 à 10:10
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Quelle approche préconisez-vous pour le suivi à distance du déroulement des examens d’étudiants de la filière informatique ?
Je ne sais pas, mais Proctorio est connue pour ses pratiques aggressives envers toute critique.

On ne devrait pas acheter les produits/services de ce genre de compagnies.
3  0 
Avatar de Doksuri
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/09/2022 à 14:05
la creativite des jeunes pour tricher (sans se faire prendre) a toujours ete fascinant : il y en a toujours eu, et il y en aura toujours .. aujourd'hui, le seul moyen serait de mettre un surveillant devant chaque eleve (a condition qu'il soit lui-meme honnete)

demain, meme cette solution ne sera plus viable... quand on aura des puces dans le crane

c'est un peu comme le hacking... tous les jours de nouvelles failles sont decouvertes & corrigees.. la creativite n'a pas de limite
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 18:52
Bonsoir

Des scientifiques ont demandé à des étudiants d'essayer de tromper Proctorio, un logiciel anti tricherie et ils ont réussi

Qu’en pensez-vous ?
Un logiciel reste faillible ... Aucune machine n'est fiable à 100%

Quelle approche préconisez-vous pour le suivi à distance du déroulement des examens d’étudiants de la filière informatique ?
Utiliser une doublure qui passe l'examen à notre place

Même avec la meilleur volonté du monde , il n'est pas possible d'avoir une sécurité à 100% . En tout cas je n'ai pas de remède miracle à apporter ^^
0  0