IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Lambda School, un coding bootcamp qui prélève une partie de votre prochain salaire, réduit désormais son personnel de 30 %,
Dans le cadre d'une restructuration

Le , par Stan Adkens

6PARTAGES

11  0 
Dans le cadre d'un vaste accord de restructuration avec le département californien de la protection financière et de l'innovation, Lambda School, une école de formation au code en ligne basé à San Francisco aux États-Unis, a annoncé jeudi qu'elle allait licencier 65 employés, soit environ un tiers de ses effectifs. Les postes qui ont été supprimés concernent l'ingénierie, la conception, la gestion de la communauté et le personnel enseignant. Lambda School est aussi un pionnier de l'ISA, un accord de partage des revenus, que l’entreprise vante comme un moyen vital de financer une éducation prête à l'emploi. Mais les législateurs américains ne partagent pas cet avis.

« Nous travaillons depuis des années à faire fonctionner l'éducation alignée sur les incitations », a écrit le PDG et fondateur Austen Allred dans un tweet. « C'est plus difficile que nous le pensions au départ ; nous avons dû inventer beaucoup de choses à partir de zéro simultanément et nous devons obtenir beaucoup de choses exactement correctes ».


Ces réductions de personnel interviennent après un accord annoncé en début de semaine avec le département californien de la protection financière et de l'innovation, qui exige que l'école supprime les clauses trompeuses de ses contrats d'étudiants. Le département a fait valoir que le contrat de l'école avec les étudiants violait la loi californienne sur la protection financière des consommateurs, qui est entrée en vigueur au début de l'année et a été adoptée en réponse aux pratiques financières prédatrices consécutives à la pandémie de covid-19. Le dernier licenciement à Lambda date d’avril 2020, supprimant 19 postes.

Lambda School offre aux étudiants la possibilité de financer leurs frais de scolarité en reportant le paiement jusqu'à ce qu'ils obtiennent leur diplôme et un emploi, après quoi ils sont contractuellement tenus de rembourser le coût de leur éducation à partir de leur salaire. L'accord de partage des revenus (ISA) conclu par l'école avec les étudiants indiquait faussement que le montant dû constituait un "prêt étudiant qualifié" qui resterait une obligation même si l'étudiant déclarait faillite. Le coding bootcamp a accepté de faire vérifier la conformité de ses contrats de financement avec la loi et de corriger les allégations commerciales trompeuses.

Les ISA sont devenus un mode de remboursement populaire ces dernières années et sont proposés par plusieurs dizaines d'établissements d'enseignement supérieur et de bootcamps. D'autres entreprises qui proposent également des ISA sont Pursuit, V School, Launch School et le programme Grace Hopper. La pandémie, et les circonstances économiques volatiles ont fait des ISA une voie plus difficile. Alred a déclaré que certaines startups ont abandonné ce modèle, mais il semble que Lambda School ne le fera pas.

Certaines clauses d'exploitation des ISA dénoncées par les législateurs

Contrairement aux prêts, pour lesquels la loi reconnaît des droits spécifiques aux emprunteurs et aux créanciers, les ISA n'ont pas de définition juridique autre que le fait qu'il s'agit de contrats.

« Les ISA sont des produits financiers, rédigés par des avocats, souvent structurés pour offrir un retour sur investissement attractif aux bailleurs de fonds ou aux investisseurs privés », ont écrit la sénatrice Elizabeth Warren et les représentantes américaines Ayanna Pressley et Katie Porter dans une lettre de juin 2019 adressée à Betsy DeVos, alors secrétaire à l'éducation. « Ils comportent de nombreux pièges communs aux prêts étudiants privés traditionnels – avec le danger supplémentaire d'une rhétorique et d'un marketing trompeurs qui obscurcissent leur véritable nature ».

Les législateurs s'inquiètent du fait que les ISA contiennent des clauses d'exploitation, comme des accords d'arbitrage obligatoires et des interdictions de poursuites en recours collectif, et qu'ils ne sont pas soumis à la surveillance des régulateurs financiers.

Un mois plus tard au cours de la même année, un groupe bipartisan de sénateurs américains a proposé un projet de loi intitulé "ISA Student Protection Act of 2019" afin de mieux définir les paramètres juridiques des ISA. Il contenait des dispositions de sauvegarde contre l'appauvrissement, comme un niveau de revenu minimal en dessous duquel les bénéficiaires d'ISA ne seraient plus obligés de verser un pourcentage de leur salaire. Mais la législation n'a jamais fait l'objet d'un vote.

Au lieu d’abandonner ce type d’accord, Austen Allred a plutôt révélé, dans un billet de blog publié en fin avril, un plan de restructuration de son école, qui prévoit un arrêt temporaire des inscriptions aux programmes à temps partiel de l'école, et a poursuivi en défendant les ISA. « Lambda a été le pionnier de l'accord de partage des revenus (ISA) dans l'espace de l'éducation professionnelle et technique, et nous regardons maintenant beaucoup d'écoles qui nous ont suivis abandonner leurs offres d'ISA parce qu'elles pensent qu'il est impossible de faire fonctionner ce modèle », a-t-il écrit. « Nous ne sommes absolument pas d'accord ».

Mieux encore, Allred a adopté une position encore plus ferme, vantant à quel point les ISA sont meilleurs que les prêts traditionnels – ayant remanié les termes des ISA de Lambda en février – et déclarant que c'est ISA ou l’échec pour l'école Lambda, selon son fil de discussion sur Twitter. « Il est tout à fait possible que, dans les 12 prochains mois, presque toutes les écoles cessent de proposer des ISA », a-t-il écrit. « En fait, je pense que c'est l'issue la plus probable. Mais Lambda School est là pour le long terme. C'est les frais de scolarité alignés sur les intérêts ou rien du tout ».


Lambda School a été critiquée pour avoir affirmé qu'elle ne gagne de l'argent que lorsque ses étudiants en gagnent, alors même qu'elle aurait vendu la moitié de ses ISA pour 10 000 dollars chacun en 2018 à un fonds spéculatif, comme si les contrats de frais de scolarité étaient n'importe quel autre instrument financier spéculatif. L'école, qui pourrait envisager divers moyens pour financer l'activité d'ISA, compte revenir sur cette pratique. « Nous sommes très intéressés par l'achat de contrats de partage des revenus au moment de l'obtention du diplôme, par des fonds d'investissement et ce genre de choses », a déclaré Allred en avril 2020.

C'est exactement le genre de scénario que Warren, Pressley et Porter ont dénoncé dans leur lettre de 2019. « La possibilité pour les investisseurs privés de profiter des ISA – et même de vendre leurs investissements à Wall Street, tout comme les prêts étudiants privés – démontre le décalage fondamental entre les intérêts des financeurs et des investisseurs des ISA et les meilleurs intérêts des étudiants », ont écrit les législateurs.

Un programme de formation cher qui « n’a pas tenu ses promesses »

Il existe des données qui suggèrent que certains étudiants prospèrent grâce à leur expérience de coding bootcamp. Selon le rapport 2020 de Course Report baptisé "Coding Bootcamp Alumni Outcomes & Demographics Report", publié en mars 2021, « les étudiants qui ont utilisé un ISA ou des frais de scolarité différés déclarent en fait des salaires moyens plus élevés – environ 79 000 dollars en moyenne par rapport à ceux qui ont choisi de ne pas utiliser un plan ISA/de frais de scolarité différés et gagnent environ 69 500 dollars/an ». Mais il n'est pas également difficile de trouver des détracteurs de Lambda School.

À bien des égards, des programmes comme Lambda sont la réponse de la Silicon Valley aux problèmes de mobilité et d'accès à l'éducation. Aux États-Unis, où la dette des prêts étudiants dépasse les 1000 milliards de dollars, les écoles qui permettent aux étudiants de différer leurs frais de scolarité peuvent combler une importante lacune en matière d'éducation. Mais ce modèle n'est efficace que si le programme d'études les prépare à décrocher un emploi.

Dans le cas du programme UX de Lambda, de nombreux étudiants ont eu l'impression que le marketing avait promis et que l'enseignement n'avait pas tenu ses promesses. « Je n'arrête pas de penser que le mois prochain sera meilleur », dit Surber. « La prochaine unité sera corrigée. La prochaine unité, ils arrêteront de nous traiter comme des moins que rien. Mais jusqu'à présent, rien n'a changé ».

Bethany Surber faisait partie d’une promotion de futurs développeurs de Lambda qui ont terminé leurs six mois de formation au code en janvier 2020 et qui se sont révoltés contre l’école. Le programme ne valait pas l'argent, ont-ils écrit dans une lettre à la direction de Lambda. En effet, dès le début de la formation le cours en ligne n'était pas ce que Surber ou ses camarades de classe avaient prévu. Les instructeurs changeaient de semaine en semaine et semblaient souvent n'avoir aucune idée de ce que les étudiants avaient déjà couvert. Le programme annoncé sur le site Web ne s'est jamais concrétisé. Le portail en ligne où ils étaient censés trouver leurs devoirs correspondait rarement à ce qu'ils apprenaient, selon le groupe.

Certains des changements apportés à l’époque ont été demandés par les élèves de Lambda. L'école s'enorgueillissait d'être incroyablement réactive aux commentaires des utilisateurs. Mais l'état d'évolution constant s'est avéré difficile pour les nouveaux concepteurs. Beaucoup auraient demandé à sortir des accords ISA qu'ils avaient signés, qui stipulaient qu'ils devaient céder 17 % de leurs revenus à partir de 50 000 dollars, jusqu'à ce que leurs 30 000 dollars de frais de scolarité soient remboursés.

D’autres plaintes sont apparues récemment sur les réseaux sociaux. Un client de Lambda School qui vient de finir sa formation a écrit : « Si vous envisagez de faire Lambda School, ne le faites pas ». « Si vous êtes assez intelligent pour apprendre vous-même les sujets, vous réussirez sans Lambda, si vous allez à Lambda et apprenez les choses à un rythme aussi rapide, vous réussirez aussi, sauf que vous devrez renoncer à 17 % de vos gains pendant 2 ans. (Si vous gagnez plus de 50.000) », lit-on dans son commentaire.

« Lorsque je me suis inscrit pour la première fois, Lambda School vantait des taux d'acceptation d'un peu moins de 20 % ». Il poursuit en disant que « La taille des classes est une autre preuve des statistiques exagérées. Ma cohorte comptait environ 48 étudiants et il n'en restait qu'une quarantaine, ce qui est tout de même un nombre assez important. Les cohortes futures sont en moyenne de 50 à 60 étudiants ».

Mais le PDG de Lambda a bon espoir en son école : « Malgré ces changements, notre mission reste la même. En allant de l'avant, nous continuerons à nous concentrer sur le déblocage d'opportunités, indépendamment des circonstances, pour tous ceux qui sont prêts à travailler », lit-on dans son billet de blog. Le mois dernier, Lambda School a annoncé un nouveau partenariat avec Amazon : un programme d'ingénierie back-end qui durera neuf mois. Ce programme étant à temps plein, il ne sera probablement pas affecté par la restructuration.

Sources : Lambda School, Tweet

ET vous ?

Quel est votre avis sur la formation financée par des accords ISA à Lambda School ?
Connaissez-vous ou avez-vous fréquenté une école avec une organisation similaire ? Racontez votre expérience ?

Voir aussi :

Coding Bootcamp : on leur a promis un job de développeur, mais c'était une arnaque, aucun d'eux n'a eu ce job
La Grande École du Numérique : 14 millions d'euros de subvention en 2017, mais seulement 23 % de CDI à la sortie, initiative utile ou inutile ?
La démocratisation du codage et des formations IT, quel est le but ? Remédier à une pénurie sur le marché de l'emploi ou baisser les salaires ?
À l'« École 42 » de Xavier Niel : sexe, harcèlement, arnaques et comptes offshore, une enquête de Mediapart

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/05/2021 à 16:45
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

« Les ISA sont des produits financiers, rédigés par des avocats, souvent structurés pour offrir un retour sur investissement attractif aux bailleurs de fonds ou aux investisseurs privés », ont écrit la sénatrice Elizabeth Warren et les représentantes américaines Ayanna Pressley et Katie Porter dans une lettre de juin 2019 adressée à Betsy DeVos, alors secrétaire à l'éducation. « Ils comportent de nombreux pièges communs aux prêts étudiants privés traditionnels – avec le danger supplémentaire d'une rhétorique et d'un marketing trompeurs qui obscurcissent leur véritable nature ».
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Les législateurs s'inquiètent du fait que les ISA contiennent des clauses d'exploitation, comme des accords d'arbitrage obligatoires et des interdictions de poursuites en recours collectif, et qu'ils ne sont pas soumis à la surveillance des régulateurs financiers.
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Mieux encore, Allred a adopté une position encore plus ferme, vantant à quel point les ISA sont meilleurs que les prêts traditionnels – ayant remanié les termes des ISA de Lambda en février – et déclarant que c'est ISA ou l’échec pour l'école Lambda, selon son fil de discussion sur Twitter. « Il est tout à fait possible que, dans les 12 prochains mois, presque toutes les écoles cessent de proposer des ISA », a-t-il écrit. « En fait, je pense que c'est l'issue la plus probable. Mais Lambda School est là pour le long terme. C'est les frais de scolarité alignés sur les intérêts ou rien du tout ».
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Bethany Surber faisait partie d’une promotion de futurs développeurs de Lambda qui ont terminé leurs six mois de formation au code en janvier 2020 et qui se sont révoltés contre l’école. Le programme ne valait pas l'argent, ont-ils écrit dans une lettre à la direction de Lambda. En effet, dès le début de la formation le cours en ligne n'était pas ce que Surber ou ses camarades de classe avaient prévu. Les instructeurs changeaient de semaine en semaine et semblaient souvent n'avoir aucune idée de ce que les étudiants avaient déjà couvert. Le programme annoncé sur le site Web ne s'est jamais concrétisé. Le portail en ligne où ils étaient censés trouver leurs devoirs correspondait rarement à ce qu'ils apprenaient, selon le groupe.
Je crois que tout est dit...
2  0