À l'« École 42 » de Xavier Niel : sexe, harcèlement, arnaques et comptes offshore
Une enquête de Mediapart

Le , par Olivier Famien

173PARTAGES

34  0 
Au début du mois d’octobre 2018, l’école 42, l’établissement supérieur fondé par le milliardaire Xavier Niel en 2013 et dispensant des cours d’informatique gratuits aux personnes âgées de 18-30 ans, a changé de directeur général. Sophie Viger, ancienne développeuse et ex-directrice de la Web@cadémie, a été nommée à la tête de la direction de l’école le 9 octobre en remplacement de Nicolas Sadirac, directeur général de l’école 42 depuis sa création en 2013.

Mais la veille de cette nomination, la CNIL (la Commission nationale de l’informatique et des libertés de France) a adressé une lettre de mise en demeure à l’école à cause du système de vidéosurveillance installé par Nicolas Sadirac et jugé excessif. Dans ce système de vidéosurveillance, 60 caméras filment en permanence le quotidien des élèves et du personnel administratif avec un accès à ces vidéos par les étudiants sur le réseau intranet.

Alors que la CNIL a déjà mis le doigt sur des violations de vie privée avec ces caméras, Mediapart, le site d’information français explique que l’on est encore loin du compte en ce qui concerne les dérives rencontrées au sein de cet établissement de référence. Selon le média d’information, l’école a traversé une très grave crise dont presque personne n’a fait cas.

L’école 42 : un modèle de référence pour la formation des développeurs ?

Actuellement, l’école est surtout connue pour son modèle économique et pédagogique qui n’a pas manqué de faire des émules aussi bien en France que dans d’autres pays. Pour suivre les cours dans cette école, les étudiants de l’école 42 n’ont pas à débourser le moindre centime. Après avoir passé les épreuves de sélection, les étudiants retenus bénéficient d’une formation entièrement financée par les fondateurs et donateurs dont les fonds sont majoritairement constitués des dons effectués de Xavier Niel et qui sont estimés à 10 millions d’euros depuis quelques années dont 7 millions pour le fonctionnement de l’école 42 à Paris et 3 millions pour celle nouvellement créée aux États-Unis, dans la Silicon Valley. Grâce à la gratuité de l’école 42, plus de 2 000 jeunes issus en majorité de familles financièrement limitées ont pu trouver du travail, rapporte l’établissement.

En plus de la gratuité qui permet d’attirer un maximum de personnes, l’école 42 se démarque également par sa pédagogie atypique, battant en brèche le système classique de cours magistraux et de relation hiérarchique entre le personnel de formation et les étudiants. L’École mise sur la collaboration entre étudiants. Ces derniers sont libres d’organiser leurs journées à la réalisation de projets proposés par l’équipe pédagogique. À l’issue de la formation comprise entre 2 et 5 ans, l’établissement délivre des certificats professionnels dans plusieurs domaines comme la programmation système, le web, la programmation fonctionnelle, la sécurité informatique, le développement mobile, le réseau, etc.

Avec ces atouts, l’école 42 connaît très vite du succès à sa création. Chaque année, elle accueille plus de 800 personnes et dans les médias, l’on vante ses louanges. En référence à l’école 42, plusieurs autres établissements similaires sont créés. En Afrique du Sud « We Think Code » voit le jour. En Ukraine, une école identique est créée avec pour dénomination « Codam ». En Belgique, au Maroc, en Argentine, des projets semblables fleurissent également.

Mais sous ce modèle à succès de l’école 42 se cache une triste réalité que les médias L’Usine Nouvelle et Mediapart ont bien voulu mettre à nu.

L’école 42 : des dérives plus qu’étonnantes

En octobre dernier, lorsque Sophie Viger a été nommée à la tête de l’école 42 en remplacement de Nicolas Sadirac, chacun y allait de son commentaire. Alors que certains affirmaient qu’il souhaitait aller au-delà de ce qu’il avait déjà réalisé avec cet établissement. D’autres par contre soulignaient qu’il avait démissionné de sa propre initiative pour « généraliser la pédagogie au plus grand nombre ».

Mais après une enquête savamment menée par Mediapart, il s’avère que Sadirac est à l’origine de plusieurs déboires qui vont faire de l’école 42 un espace très malsain au fil des années, ce qui lui aurait même valu d’être débarqué de son poste.

Selon Mediapart, les frasques du directeur général Sadirac ont commencé après l’installation de 60 caméras au sein de l’établissement. Le 2 novembre 2014 : l’une des soixante caméras que Nicolas Sadirac a fait installer dans tout l’établissement, en violation de la loi protégeant la vie privée, le surprend dans l’amphithéâtre de l’École en train d’administrer une fessée à une jeune femme, puis de poursuivre par un acte sexuel. Pour Mediapart, l’affaire est pourtant autrement plus grave qu’il n’y paraît, car le patron de l’École 42 sait qu’il est filmé et qu’il renvoie à tous les élèves, qui peuvent le voir en direct, une image sexiste et dégradée de la femme, en même temps qu'un message banalisant la violence contre les femmes.


Le 16 novembre 2017, le magazine hebdomadaire L’Usine nouvelle révèle à l’issue d’une enquête menée sur les activités des étudiants au sein de l’école un article dénonçant « le harcèlement, l’exhibitionnisme, les détournements et les carambouilles en tous genres » dans cette école censée former des développeurs.

« Les couloirs de l’école ressemblent à un vestiaire de football. Cette ambiance nous bouffe littéralement, confie Mathilde (ce prénom a été modifié par L’Usine Nouvelle), étudiante de l’école 42 » à L’Usine Nouvelle. Lors d’une visite du président François Hollande dans les locaux de l’établissement, l’on aperçoit des matelas pêle-mêle et une personne couchée.


Mathilde continue son récit et explique ceci à L’Usine Nouvelle : une fois « on m’a poursuivie sur un étage et demi — que j’ai dû remonter à reculons — pour voir sous ma jupe ». « On ne se sent pas en sécurité ici », confesse Mathilde. Une ancienne élève, Lola (prénom modifié par L’Usine Nouvelle) n’osait plus porter de shorts ou de jupes à cause des remarques portées sur son physique et sa façon de s’habiller, dénonce L’Usine Nouvelle.

Le magazine rapporte également que sur une des chaînes de discussion (nommée Not Safe For Work) de la messagerie Slack autogérée par les étudiants, l’on pouvait voir des échanges de contenus pornographiques, insultants et sexistes sans pour autant que le personnel soit intervenu en dépit du fait qu’ils étaient informés de ces faits. Des témoignages rapportent que l’on pouvait voir des appels à « enduire les femmes avec du Mont d’or et de la graisse abdominale de féministe » ou encore des « photos montrant une femme à quatre pattes avec en commentaire née pour être un sac à foutre », déplore L’Usine Nouvelle. Pour vous faire une idée des conversations sur NSFW, vous pouvez lire les échanges ci-dessous.


Ce n’est qu’après réception d’une lettre cosignée par des dizaines d’élèves demandant la fermeture de cette chaîne que la direction s’est résolue à la fermer arguant qu’il était « compliqué pour nous d’agir sur quelque chose qui ne nous appartenait pas ».

Un directeur général qui enchaîne les bévues

En plus du climat toxique installé au sein de l’établissement, et qui selon certains aurait été favorisé par le laxisme sinon la complaisance du directeur général Nicolas Sadirac, Mediapart soutient également que les mauvaises actions imputables à Nicolas Sadirac ne se limitent pas à la fessée donnée à cette jeune femme dans l’amphithéâtre. Selon le site d’information, le diplôme de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et le master en sciences physiques de l’université de Stanford en Californie que Nicolas Sadirac déclare avoir obtenus n’ont aucune trace nulle part. Enfin, le média révèle que remplacement du directeur général a été précipité lorsque le 8 octobre, la CNIL a adressé une mise en demeure à l’Association « 42 » qui gère l’école à cause des caméras qui avaient été installées sur ordre de Nicolas Sadirac et qui étaient utilisées par certains étudiants pour faire du repérage et harceler les étudiantes. Au-delà de ces faits, Mediapart met également à la charge de l’ancien directeur, des détournements de fonds et des surfacturations orchestrés de toute pièce à travers des entreprises tierces, des comptes offshore, etc.

Pour comprendre cette facette du côté obscur de l'école 42, Mediapart qui a mené son investigation rapporte que de prime abord que lorsque Xavier crée l'école 42 avec ses co-fondateurs, il décide de les reprendre avec leurs anciens salaires. Aussi, Nicolas Sadirac n'hésite-t-il pas à se faire embaucher par Xavier Niel avec un salaire de 400 000 euros par an alors qu'en 2011, son salaire n'atteignait même pas les 130 000 euros l'an, note Mediapart. Pour avoir une idée du salaire du directeur général d'alors, le site d'information rappelle que même le patron de l'immense empire financier qu'est la Caisse des dépôts et consignations, gérant des centaines de milliards d'euros, ne perçoit pas une taille rémunération.

Une société commerciale qui surfacture en passant par des comptes Offshore

Posté donc au plus haut niveau hiérarchique à la création de l'école 42, Sadirac ne va pas hésiter à profiter de ce privilège pour manigancer dans le dos de Xavier Niel afin de se remplir davantage les poches, précise Mediapart. En principe, l'école 42 est une association à but non lucratif et donc ne devrait aucunement se livrer à des activités commerciales. Mais Mediapart souligne que les co-fondateurs de l'école 42 ont décidé de créer une entreprise nommée 42 Labs pour fournir des prestations et des services payants aux grandes entreprises. Et c'est en s'appuyant sur les deux statuts contradictoires (sociétés commerciale et à but non lucratif) que ces derniers vont monter des intrigues pour renflouer leurs caisses personnelles, affirme Mediapart.

Selon l'enquête du site d'information, les intéressés ont par exemple acheté des chaises en France à 62 euros l'unité afin de les mettre à la disposition de l'école 42 aux Etats-Unis. Mais une fois arrivées aux États-Unis, ces mêmes chaises ont été facturées à 260 euros l'unité. Pour 2000 chaises commandées, vous pouvez déjà voir combien les participants à cette intrigue ont pu récolter.

Comme autres faits rapportés par Mediapart, une entreprise du nom de SIS Technologies aurait prélévé des commissions sur les achats d'ordinateurs iMac acquis à prix préférentiels auprès d'Apple. Mais les commissions prélevées ont été adressés à des comptes inconnus. En outre, Mediapart déclare qu'il détient aussi la preuve que Nicolas Sadirac a longtemps profité de versements en liquide pouvant atteindre jusqu'à 10 000 euros par mois en provenance d'un compte détenu par un dénommé Archad Burahee. Ce proche de Nicolas Sadirac et de Florian Bucher a été condamné en 2007 pour un vaste trafic de cigarettes sur internet, à partir d'un montage financier complexe transitant par des comptes offshore à l'île Maurice. Le site d'information ajoute également qu'il possède aussi la preuve que Sadirac et quelques-uns de ses proches détenaient un compte en Suisse, alimenté par des financements dont le média déclare ne pas connaitre l'origine.

La chute du directeur de l'école, Nicolas Sadirac

Après avoir eu écho de toutes ces supercheries, Xavier Niel a ordonné à sa holding NJJ d'engager un audit méthodique sur tous les comptes de l'école 42 et 42 Labs. Cet audit finit par mettre en lumière toutes les malversations commanditées par Nicolas Sadirac, soutient Mediapart. À la suite de toutes ces dérives, Nicolas Sadirac a été contraint de démissionner, selon les sources de Mediapart. Et depuis le 9 octobre 2018, c’est Sophie Viger qui assure le poste de directrice générale avec pour mission de doubler le nombre d’étudiants dans l’école de Paris. Mais pensez-vous qu’elle pourra encore attirer du monde avec ce triste tableau ?

Sources : Mediapart, L’Usine Nouvelle

Et vous ?

Que pensez-vous des faits dénoncés par Mediapart ? Affabulation ou faits réels ?

Avez-vous fréquenté l’école 42 ? Vous reconnaissez-vous dans les dérives dénoncées par Mediapart ?

Selon vous, les dérives dénoncées par Mediapart sont-elles uniquement liées à l'école 42 ou d'autres écoles peuvent être également citées ?

À la lumière des faits dénoncés, comment entrevoyez-vous l’avenir de cette école ? Pourra-t-elle conserver le succès qu’elle a connu dès le départ ?

Voir aussi

Google a licencié des dizaines d'employés pour harcèlement sexuel depuis 2016, y compris 13 cadres supérieurs
Harcèlement sur l'appli Grindr : les services en ligne sont-ils à l'abri de la responsabilité du fait des produits défectueux ?
Uber licencie plus de vingt employés à la suite d'une enquête de harcèlement sexuel et envisage une refonte de son image et de son organisation
Trolldi : cinq dangers émanant de l'utilisation de l'intelligence artificielle et la robotique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 4sStylZ
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 12:16
42 est une jungle.
Nicolas Sadirac pour sa part est un personnage assez dégoûtant ce qui ne gênerait personne si malheureusement il faisait la part des choses entre sa vie privée et son activité professionnelle et les responsabilités liées.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:22
J'adore comme Médiapart tente de glisser insidieusement son idéologie d'extrême-gauche... c'est dire tout le respect qu'ils ont pour la qualité du journalisme.

Bon, d'après un autre membre, la jeune femme dont il est question dans la photo est la femme d'un des directeurs, ce ne serait pas une étudiante comme on pourrait le croire.
Les personnes couchées pêle-mêle est à l'occasion d'un projet intensif, c'est normal, c'est une des choses qui fait l'aspect "intensif" des projets intensifs.

Pour finir, que des personnes parlent de sexe dans des chaînes de discussions NSFW est tout à fait normal.
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:23
Dans l'article de Médiapart c'est surtout Nicolas Sadirac qui en prends pour son grade, mais un doute m'habite : Pourquoi Xaviel Niel n'a pas porté plainte contre Nicolas Sadirac et s'est-il juste contenté de le faire discrètement démissionner ?

Quand on lis bien, l'article de Mediapart ou découvre :

Aux côtés de l’École 42, les mêmes cofondateurs ont donc décidé de créer en 2016 une société dénommée 42 Labs, dont voici les statuts :
Parmi les membres figure l’École 42 représentée par Xavier Niel, Nicolas Sadirac, Florian Bucher et Kwame Yamgnane. Le but officiel de 42 Labs est de développer des activités commerciales, en offrant notamment des prestations de formation ou des services numériques à de grandes entreprises
Xavier Niel est bien cofondateur, cette société commerciale n'est pas gérée que par Nicolas Sadirac.
On peu donc se laisser aller à penser que Xavier Niel était tout à fait au courant depuis le départ de ces magouilles de "surfacturations".

Donc c'est quoi la magouille ? -> don de Xavier Niel à école 42 -> exonération d'impôt -> récupération d'une partie des fonds via société Offhore et surfacturation, école 42 serait donc une grosse machine à défiscaliser les activités de Xavier Niel tout en lui permettant de récupérer en douce une partie des fonds investis, ce qui lui permet de gagner sur deux tableaux à la fois. Et pendant ce temps le salaire démesuré pour Nicolas Sadirac + énormes dons en espère d'après Médiapart pour que Nicolas Sadirac accepte de couvrir la magouille. Se croyant protégé en tant que complice principal, il a ensuite pas manqué de péter un câble en dépassant les bornes à tous les points de vue.

Donc en faisant démissionner Nicolas Sadirac tout ce qu'a fait Xavier Niel c'est de faire péter un fusible devenu trop médiatique, mais se préserver lui même, c'est tout.

Les magouilles et les versements en espère Xavier Niel est coutumier du fait : Le X, versant obscur du patron de Free - Outre les nouvelles technologies, Xavier Niel exploite des peep-shows. Il comparaît pour abus de biens sociaux.

Xavier Niel admet s'être remboursé à la bonne franquette, en prélevant 15 000 euros par mois sur les recettes non déclarées du New Sexe Paradise.
Avatar de jean.utile
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:26
Citation Envoyé par halaster08
Pour peu que le camarade que tu cherches soit aux toilettes, tu peux le chercher un moment.
En fait, c'est exactement ça le but de ces caméras, vérifier que son camarade n'est pas aux toilettes.

Citation Envoyé par Bubu017
Le pire, c'est que j'ai lu dans un article que des étudiants n'étaient pas contre toutes ces caméras et validaient cette justification. Si ces étudiants sont ok pour connaitre ça dans leur école, ils ne seront pas contre dans leur taff et dans quelques années on risque de voir apparaître un tas de caméras dans les locaux de nos boites.
C'est pas déjà le cas dans ta boite toi? moi elles étaient là bien avant que j'y soit embauché. Au coin de ma rue aussi y'en as quelques unes ...............

Citation Envoyé par halaster08
Je comprends vraiment pas vos critiques envers cette école, on dirait que vous (avec votre diplôme de seconde zone), comme les gens de la CNIL certainement, êtes jaloux de ne pas avoir pu entrer dans cette école prestigieuse qui ose innover et mettre a disposition des élèves les technos de surveillance de masse de demain, alors vous critiquez sur des détails insignifiants.
Oui, mais non, pas prestigieuse, c'est une école d'acharné, ou d'acharnement à toi de voir.

@Mingolito, pendre tous les révolutionnaires de 1789 aussi.

Citation Envoyé par Buffet_froid
Vous avez raison, 42 c'est bien l'école de demain, où des individus assexués, créés in-vitro et pucés comme des vaches pour des raisons israéliennes de sécurité, qui ne sauront ni lire ni écrire, iront jouer leur vie dans des camps d'apprentissage privés sans professeur, surveillés et fichés de 7 à 77 ans,
Eeh, mais tu as TOUT A FAIT raison là, un langage de programmation c'est avant tout un langage [qui te permet de communiquer avec le compilateur [, mais ça je sais que tu le sais Buffet_froid]]. On pourrait tout a fait apprendre à parler un tel langage avant d'apprendre n'importe quel autre langage!!!
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:35
Dégoûtant.
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:49
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Bon, d'après un autre membre, la jeune femme dont il est question dans la photo est la femme d'un des directeurs, ce ne serait pas une étudiante comme on pourrait le croire.
Les personnes couchées pêle-mêle est à l'occasion d'un projet intensif, c'est normal, c'est une des choses qui fait l'aspect "intensif" des projets intensifs.
L'exhibisionisme en entreprise où à l'école, c'est pas normal — que ce soit Sadirac et sa femme, un prof et un élève ou le pape en visite avec une nonne. Et qu'on me dise pas qu'il savait pas : c'est Sadirac qui a fait installer les caméras, il sait qu'il diffuse à tout les élèves, que ce soit consciemment ou par négligence.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Pour finir, que des personnes parlent de sexe dans des chaînes de discussions NSFW est tout à fait normal.
Sauf quand la chaîne est justement sur l'espace de travail de l'école ou tout étudiant doit pouvoir se sentir à l'aise. Le simple fait que cette chaîne existe dans le slack prévu "For Work" est un problème ! Qu'est-ce qui est dur à comprendre dans "Not Safe For Work" ?
Avatar de Aurelien.Regat-Barrel
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 13:53
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
J'adore comme Médiapart tente de glisser insidieusement son idéologie d'extrême-gauche... c'est dire tout le respect qu'ils ont pour la qualité du journalisme.
bizarre de dire cela quand on signe "une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."...

En l’occurrence tu fais l'impasse sur des choses très sérieuses : détournement de fonds, fraude fiscale, et bien sûr l'influence pitoyable que ça a sur les étudiants et leur mentalité, à l'heure où on redouble d'initiatives pour changer l'image des informatitiens auprès des femmes

Des écoles qui font face à du harcèlement entre élèves via des channels Slack privés ou équivalent, il y en a plein. Face à ça, il y a des directeurs et directrices qui interviennent rapidement et sans ambiguité, et puis il y en a visiblement qui montrent comment aller plus loin en faisant de l'exhibitionnisme sexuel... c'est la-men-ta-ble, et merci à Mediapart de faire péter ce scandale, même si ça se fait forcément de façon putaclic, mais ça c'est dans l'ère du temps aussi bien à droite qu'à gauche.

En tous cas je souhaite bien du courage à celle qui prend la relève.
Avatar de Cassoulatine
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 14:07
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
J'adore comme Médiapart tente de glisser insidieusement son idéologie d'extrême-gauche... c'est dire tout le respect qu'ils ont pour la qualité du journalisme.
Ouais c'est lamentable vu l'insistance à caser du "sexisme" et autres lubies on ne sait pas trop quoi en retirer au final.

Des caméras dans des espaces publics ... Ca a aussi d'énormes avantages, comme de pouvoir vérifier à posteriori n'importe quel fait. ex vols, agressions ...

Qu'une mademoiselle se fasse fesser, ça ne regarde que la demoiselle avant tout. Ce n'est pas "Du SeXisME" alors qu'elle est manifestement consentante. Evidemment tout établissement qui se respecte devrait sanctionner ce genre de pratique dans ses amphis, mais il n'est pas responsable du comportement lui-même.

Lola (prénom modifié par L’Usine Nouvelle) n’osait plus porter de shorts ou de jupes à cause des remarques portées sur son physique et sa façon de s’habiller
Ah aie aie une jeune fille obligée de s'habiller de manière non exhibitionniste ... Donc demander aux filles de mettre une tenue correcte c'est mal, mais pourquoi l'usine nouvelle ne dénonce pas alors les musulmans qui mettent les filles dans des bâches ?

Reste les histoires de taxation, mais aurait on ces problèmes si la taxation était à un niveau raisonnable (10-20%) plutôt que le niveau actuel (50-70%) ?
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 14:11
Pour compléter l’excellent dossier fait par Mediapart, voici une pièce cruciale à ajouter au dossier, uniquement pour les besoins de l'enquête bien sur :
Le directeur de l’école 42 donne des fessées à une fille. Attention NSFW ! Ne clique pas sur ce lien si ton boss te surveille et qu'il croit que tu es en train de coder

Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
Qu'une mademoiselle se fasse fesser, ça ne regarde que la demoiselle avant tout. Ce n'est pas "Du SeXisME" alors qu'elle est manifestement consentante. Evidemment tout établissement qui se respecte devrait sanctionner ce genre de pratique dans ses amphis, mais il n'est pas responsable du comportement lui-même.
Oui enfin arriver à un tel niveau de "droit de cuissage" que Sadirac se permet de prendre le droit de fesser et de niquer dans les locaux de l'école 42 la femme d'un ses employés et ce filmé en mondiovision je pense qu'il va un peu loin dans la "modernité sexuelle"
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/04/2019 à 14:13
Citation Envoyé par laerne Voir le message
L'exhibisionisme en entreprise où à l'école, c'est pas normal — que ce soit Sadirac et sa femme, un prof et un élève ou le pape en visite avec une nonne.
Et où ai-je dit que cela était normal ?

En revanche que ce soit sa femme ou une étudiante change grandement les choses. Si c'était une étudiante, il y avait une relation de "subordination" entre le directeur et l'étudiante, ce qui rendrait la chose plus grave encore.

Citation Envoyé par laerne Voir le message
Sauf quand la chaîne est justement sur l'espace de travail de l'école ou tout étudiant doit pouvoir se sentir à l'aise.
C'est ça, installons des safe spaces à l'américaine tant qu'à faire.

Citation Envoyé par laerne Voir le message
Le simple fait que cette chaîne existe dans le slack prévu "For Work" est un problème ! Qu'est-ce qui est dur à comprendre dans "Not Safe For Work" ?
Ce n'est pas une chose "pour le travail", mais une chose inapproprié pour le travail. NSFW est souvent utilisé comme avertissement pour dire qu'il ne faut pas consulter la ressource à son travail, ou alors à ses risques et périls.

Tu fais juste un contre-sens total.

Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
En l’occurrence tu fais l'impasse sur des choses très sérieuses : détournement de fonds, fraude fiscale,
Et ?
Cela n'a rien à voir avec ce que je dénonces, pourquoi devrais-je forcément en parler pour me contenter de balancer des banalités prévisibles ?

Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
et bien sûr l'influence pitoyable que ça a sur les étudiants et leur mentalité,
Oui... la fraude fiscale et le détournement de fonds a une influence sur les étudiants et leur mentalité...
Sachant, que ce n'est sûrement pas une chose qu'ils s'amusent à crier sur tous les toits, tu me dis comment cela a une influence sur les étudiants ?

Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
à l'heure où on redouble d'initiatives pour changer l'image des informatitiens auprès des femmes
Oui, et s'indigner pour le moindre fils NSFW en dehors de toute proportion, ça va aider...
À la fois pour les femmes chez lesquelles vous allez installer une paranoïa, et pour les hommes chez lesquels vous allez recevoir des effets de réactances et qui vont se montrer bien moins accueillant.

Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
Des écoles qui font face à du harcèlement entre élèves via des channels Slack privés ou équivalent, il y en a plein.
Rien n'indique, dans l'actualité, qu'il y ai eu du harcèlement sur le channel Slack dont il est question.

Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
merci à Mediapart de faire péter ce scandale, même si ça se fait forcément de façon putaclic, mais ça c'est dans l'ère du temps aussi bien à droite qu'à gauche.
Bien, oui, tout le monde le fait, alors c'est pas grave...
Contacter le responsable de la rubrique Etudes et formations en informatique

Partenaire : Hébergement Web