IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les grandes enseignes de la Tech demandent qu'on enseigne la programmation informatique dans toutes les écoles US
Et ravivent le débat mondial sur la pertinence de cette initiation dès le bas âge

Le , par Patrick Ruiz

50PARTAGES

17  0 
Les PDG de Google, Amazon, Apple, Meta, Microsoft et bien d'autres ont signé une lettre demandant aux gouverneurs et aux responsables de l'éducation d'introduire des cours d'informatique pour tous les élèves de la maternelle à la terminale (généralement âgés de 5 à 18 ans) dans tout le pays. Les enfants devraient avoir la possibilité d'apprendre à coder dès l'école primaire et jusqu'au lycée. Les développements en cours soulèvent un certain nombre de questions : quelle est la pertinence d’initier des tiers à la programmation informatique dès le bas âge ? Quel impact sur les salaires des employés de la filière sur le long terme ?

L’intégralité de la lettre

Aux gouverneurs et aux responsables de l'éducation des États-Unis d'Amérique :

Les dirigeants soussignés ont uni leurs forces pour délivrer un message bipartisan sur les opportunités et le rêve américain. Nous vous demandons de mettre à jour le programme d'enseignement de la maternelle à la 12e année dans chaque État, afin que chaque élève dans chaque école ait la possibilité d'apprendre l'informatique.

Cette initiative bénéficie d'un large soutien de la part des parents, des élèves, des enseignants et des employeurs. Pourquoi ? Parce que l'informatique constitue une base essentielle, non seulement pour les carrières dans le domaine de la technologie, mais aussi pour toutes les carrières dans le monde d'aujourd'hui. Des études montrent désormais que les élèves qui apprennent l'informatique obtiennent de meilleurs résultats à l'école, à l'université et au-delà.

À une époque où tous les secteurs d'activité sont touchés par la technologie numérique, nos écoles devraient enseigner à tous les élèves comment fonctionne la technologie, afin qu'ils apprennent à être des créateurs, et pas seulement des consommateurs. Au lieu de cela, cette compétence de base n'est enseignée qu'à quelques chanceux, laissant la plupart des étudiants à la traîne, en particulier les jeunes femmes et les étudiants de couleur.

Les États-Unis sont à la pointe de la technologie dans le monde, mais seuls 5 % de nos lycéens étudient l'informatique. Comment cela peut-il être acceptable ? Nous avons inventé l'ordinateur personnel, l'internet et le smartphone. Il est de notre responsabilité de préparer la prochaine génération au nouveau rêve américain.

Une décennie de progrès a montré que le changement est possible : cent mille enseignants ont prouvé que chaque école peut enseigner l'informatique et que chaque enfant peut commencer à apprendre dès l'école primaire. Les plus grands districts scolaires ont élargi l'accès à l'informatique, de New York à Los Angeles, du comté de Broward à Las Vegas. Les 50 États ont pris des mesures, ce qui montre que cette idée bénéficie d'un soutien bipartite.

Alors que les États repensent l'éducation à la lumière de COVID-19, il est temps de faire de l'informatique un élément fondamental de la "nouvelle normalité". Voici pourquoi :

  • Pendant les fermetures pour cause de pandémie, l'Amérique a financé des ordinateurs portables pour que 90 % des élèves puissent apprendre à la maison. Alors que les écoles rouvrent, utilisons ces ordinateurs portables pour enseigner l'informatique.
  • Le travail à distance élargit les possibilités. Les diplômés n'ont plus besoin de quitter leur État pour faire carrière dans la technologie. Même la plus petite ville peut devenir un pôle technologique ; la clé est l'éducation.
  • Près de deux tiers de l'immigration hautement qualifiée concerne les informaticiens, et chaque État est un importateur de ce talent stratégique. Les États-Unis comptent plus de 700 000 postes informatiques ouverts, mais seulement 80 000 diplômés en informatique par an. Nous devons former les étudiants américains pour des raisons de compétitivité nationale.
  • Enfin, les cyberattaques mondiales ont mis un nouveau projecteur sur la cybersécurité, faisant de l'informatique un impératif de sécurité nationale pour les gouvernements et les entreprises.

Nous devons tous faire notre part. Les soussignés s'engagent à apporter leur soutien en créant collectivement des opportunités d'emploi pour les étudiants en informatique dans toutes les villes des États-Unis, et dans tous les secteurs, de la fabrication à la banque, de l'agriculture à la santé. Beaucoup d'entre nous proposent des stages pour aider ces étudiants à trouver leur voie professionnelle. Beaucoup d'entre nous ont financé des efforts dans le domaine de l'éducation informatique, afin de soutenir les communautés mal desservies. Mais l'industrie ne peut pas faire grand-chose par elle-même.

Il est temps d'agir et les enjeux ne pourraient être plus élevés. Ensemble, nous vous demandons instamment, pour le bien de nos étudiants, de notre économie et de notre pays, de travailler ensemble pour mettre à jour le programme d'enseignement de la maternelle à la 12e année, afin que chaque étudiant dans chaque école ait la possibilité d'apprendre l'informatique.


Une politique éducative en vigueur dans de nombreux pays

Les élèves indiens apprennent la programmation informatique dès l’âge de 10 ans dans le cadre d’une politique éducative dont l’entrée en vigueur a fait l’objet d’annonce au cours de l’année 2020. La manœuvre du gouvernement indien est destinée à s’assurer que l’acquisition des « compétences du 21e siècle » débute le plus tôt possible. Ladite politique éducative consacre l’intervalle de 10 à 11 ans comme celui qui doit marquer ce top départ. Dans un univers des technologies de l’information et de la communication en constantes mutations, les avis sont partagés sur la question de savoir s’il s’agit d’une bonne approche en termes de timing. La mouvance est également pointée du doigt comme cause de baisse des salaires dans l’industrie de la programmation informatique.

L’Inde venait ainsi allonger une liste de pays assez fournie. En effet, depuis 2014, le Royaume-Uni a introduit une petite révolution numérique dans le domaine de l’éducation en devenant le premier pays dans le monde à imposer la programmation informatique dans les établissements primaires et secondaires. Les enfants commencent donc à apprendre à écrire du code dès leur entrée à l’école vers l’âge de cinq ans jusqu’au moins vers l’âge de 16 ans, quand ils finissent leurs études secondaires. En 2016, le Japon estimait que les compétences traditionnelles comme la lecture, l’écriture et le calcul ne suffisaient plus pour réussir dans cette nouvelle économie mondiale tirée par l’innovation. Aussi, le pays avait décidé de rendre obligatoire l’enseignement de la programmation informatique dès l’école primaire. Le pays planifiait également de généraliser graduellement l’apprentissage de cette discipline dès 2020 pour les écoliers, 2021 pour les collégiens et 2022 pour les lycéens.

C’est une mouvance qui rejoint le positionnement de grands acteurs de la filière des technologies de l’information et de la communication. Tim Cook par exemple a, il y a quelques années, rappelé son souhait de voir la programmation informatique intégrée au cursus scolaire, et enseignée dès le CM1 ou le CM2, afin de sensibiliser les nouvelles générations à la technologie. « je pense que coder est aussi important, si ce n’est plus important, qu’apprendre une seconde langue que plusieurs personnes apprennent de par le monde », avait-il lancé. Pour lui, développer est « juste un autre langage qui devrait être enseigné à l’école. » « Coder doit être une exigence à l’école. Nous ne rendons pas service à nos enfants si nous ne leur proposons pas une introduction à la programmation », avait-il ajouté.

À mi-parcours de l’année 2019, Liam Rosenfeld était encore lycéen, mais avait déjà des applications listées sur la boutique d’applications d’Apple. Le jeune alors âgé de 16 ans n’avait pas manqué de taper dans l’œil de Tim Cook lors d’une rencontre (dans un Apple Store à Orlando, en Floride) au cours de laquelle le PDG d’Apple l’avait cité comme un exemple des raisons pour lesquelles il croit que l' éducation au codage informatique devrait commencer dès les premières années d'école. De façon traditionnelle, l’exercice en tant que développeur ou professionnel de la filière informatique est conditionné par le passage par un parcours classique d’une formation diplômante en informatique. C’est en principe au cours de celle-ci que le futur développeur ou IT pro acquiert les connaissances de base pour la carrière qu’il envisage. En s’appuyant sur l’exemple de Liam, Tim Cook s’était inscrit en faux en déclarant qu’ « il ne pense pas qu’il soit nécessaire de posséder un diplôme universitaire de 4 ans pour maîtriser le codage informatique. » Il semblait ainsi laisser entendre que l’exposition en bas âge à la programmation informatique peut suffire pour sortir d’excellents travailleurs au sein de la filière.

Les approches de ce type (exposition à la programmation informatique) ne cessent de gagner du terrain en raison de ce que les prévisions font état de fortes demandes de talents IT dans les années à venir. En plus de semer le doute sur la qualité des tiers issus de cursus autres que ceux des formations universitaires diplômantes que certaines entreprises disent ne plus exiger, il apparaît comme un revers supplémentaire. Un postulant issu d’un cursus dans lequel on investit moins de temps qu'on le devrait ne sera pas aussi exigeant sur les questions salariales qu'un autre qui a passé des années de labeur à l'université ou en grande école pour se former. Conséquence : cette démocratisation accélérée pourrait aboutir à une demande d'emploi excédentaire dans le domaine des technologies de l’information et de la communication ; ce qui aura pour effet de faire chuter les salaires.

C’est ce qu’un article a mis en avant en 2018 à propos de la promotion de la programmation dès le bas âge. Ce dernier avait averti que les géants de la technologie - les plus gros employeurs de talents IT - encouragent l'apprentissage du codage aux enfants, pas dans l’intérêt de ces derniers, mais plutôt pour former une nouvelle génération de main-d'œuvre bon marché afin de faire baisser les hauts salaires des codeurs qui menacent la survie de la Silicon Valley.

Source : lettre

Et vous ?

Est-ce une bonne idée d’initier des tiers à la programmation informatique dès le bas âge ? Qu’en est-il dans votre pays ?
Comment entrevoyez-vous le traitement salarial des professionnels de la filière programmation informatique dans quelques années au vu des développements en cours ?

Voir aussi :

Comment avez-vous appris à développer ? Êtes-vous passé par le parcours classique d'une formation diplômante en informatique ou autrement ?
France : le ministère de l'Éducation nationale interdit les sorties de classe Apple, car elles seraient plus à titre commercial qu'éducatives
Le PDG d'Apple fustige la course à la collecte de données qui s'est muée en un « complexe industriel de données » et appelle à une législation US
Tim Cook dit qu'Apple enquêtera sur l'application qui permet aux hommes saoudiens de suivre et de contrôler les femmes, Google lui emboîte le pas

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/07/2022 à 23:22
Est-ce une bonne idée d’initier des tiers à la programmation informatique dès le bas âge ?

Déjà que l'on à du mal avec les savoirs de base, je voit pas l'apport qu'aurait la programmation pendant les 3 premiers cycles d'éducation.
Mieux vaudrait tout mettre sur les math / français / anglais pendant les 16 premières années, pour sortir des gens capable d'apprendre par eux même.

Apprendre "la programmation informatique" pour les 3/4 qui n'y toucherons jamais, c'est une grosse perte de temps pendant 16 ans.
Tout le monde ne peut, ni ne veut, bosser dans cette branche et heureusement.

Qu’en est-il dans votre pays ?

Je n'est pas suivi ce qu'il ce passe en France niveau programme scolaire, mais vu que l'éducation est dans les choux part chez nous, j'ai envie de dire que ce n'est pas une priorité .

Comment entrevoyez-vous le traitement salarial des professionnels de la filière programmation informatique dans quelques années au vu des développements en cours ?

En très forte baisse, sauf pour les quelques ingénieurs / docteurs qui auront pu se placer dans les grosses boites du secteur.
Mais je pense que c'est leur idée à la base de tirer les salaires vers le bas, sinon pourquoi ce permettraient-ils de s'immiscer dans l'éducation de cette façon ?
3  0 
Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 9:17
Bonjour

Mouais, les big techs cherchent de la main d'oeuvre à pas cher... Je ne suis pas sûr qu'enseigner la programmation à l'école soit une bonne chose.
Qu'on initie est une chose mais 95% des élèves oublieront dès les vacances. Les 5% autres seront les geeks par nature ou les intéréssés.
Petite note du passé. J'ai vécu le plan Informatique pour Tous dans les années 80 (1985-1986) si je ne me trompe pas. A cet époque, mes parents m'avaient offert cet ordinateur mythique qu'est l'Atari 800XL. Je ne les remercierai jamais assez parce que c'est avec cet ordinateur que la vocation m'est venu. Bref, à côté de mes exploits sur Bounty Bob Strikes Back, Q*Bert, Frogger et autre Bruce Lee, j'ai fait mes premières lignes de Basic.
Or, avec le plan Informatique pour Tous, on nous a enseigné le... Logo (mais si! rappelez-vous la tortue!) sur un Thomson TO7 (et oui, fallait bien programmer français sur un ordi français). Le problème est que notre maîtresse ne pitait rien au Logo et moi, je voulais faire montre de mon BASIC.
Bref, tout ça pour dire que si les enseignants ne sont pas motivés, cela ne servira à rien. Enfin, l'école propose déjà suffisamment de cours comme ça et outre le français et les maths qui sont pour moi la base de base, le reste n'est que bonus. Offrons à nos enfants plutôt de la culture générale, je suis effondré quand je vois des enfants mal lire les chiffres romains et ne rien savoir sur des éléments de science toute bête.

@++
2  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 9:27
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Elle me disait qu'elle était désespérée d'entendre que c'était mieux avant, on lui a appris à écrire sans faire de faute par contre on ne lui a jamais appris à mener un raisonnement qu'elle pourrait mettre sur le papier. On lui a appris à compter, à additionner et à multiplier sans lui apprendre à s'en servir.
Et aujourd'hui, dans la majorité des cas, les élèves ne savent ni faire l'un ni l'autre.
Oui, sur ce sujet bien précis c'était mieux avant.
Mais rassurons nous, quand ce sera les thaïlandais qui viendront faire du tourisme chez nous, nous descendrons de notre piédestal et comprendrons que nous vivons sur nos acquis depuis trop longtemps.
2  0 
Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 11:36
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Ironiquement, je suis contre l'avis qui dis que les entreprises, FRANCAISES, cherchent de la main d'oeuvre à pas cher. Pour preuve, ils veulent que des ingénieurs, les BTS/Licences/DUT, on en a plein mais hors de question de leur confier plus que brancher ta prise réseau visiblement.
A ceci près que les sociétés françaises cherchent des jeunes diplômés parce qu'ils sont moins chers que les experts. Après, nous avons 2 raisonnements antinomiques:
-> Entreprise: les jeunes diplômés sont moins chers et plus flexibles (sous entendu peuvent faire tout ce qu'on leur demande sans broncher et à pas d'heure)
-> Jeune diplômé: je veux être recruté comme manager ou chef de projet et être r€$p€ct€ à hauteur de mon diplôme
Aucune chance!
J'ai vu des boîtes recrutées des jeunes diplômés... et revenir aux consultants experts car les projets n'avançaient pas ou pour manque flagrant de compétences !
Attention, je ne suis pas contre le recrutement de jeunes, ils nous en faut ! Mais, il faut les encadrer et bien border leur mission.

@++
2  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 10:58
Elle me disait qu'elle était désespérée d'entendre que c'était mieux avant, on lui a appris à écrire sans faire de faute par contre on ne lui a jamais appris à mener un raisonnement qu'elle pourrait mettre sur le papier. On lui a appris à compter, à additionner et à multiplier sans lui apprendre à s'en servir.
Raisonnement, lequel de raisonnement ? J'en ai pas souvenir ici.

Les démonstrations de mathématiques pourquoi pas, mais visiblement ça aide pas les gens sur les stats bidons propagés sur le net.

Mais les dissertations de français ? 4 pages, une note en haut de la feuille et démerdes toi, paye ton éducation, j'avais eu la même chose en SVT sur les dissertation. J'avais 14 généralement, mais aucune idée de ce qui m'a manqué pour avoir plus. Je n'étais pas un acharné, mais j'ai toujours pris le temps de regarder les notes qu'un prof m'indique sur ma copie, faut-il donc qu'il y en ait.

La philosophie ? Pas impossible mais visiblement ça varie beaucoup selon que le professeur est dans son monde ou cherche à accrocher la classe. Évidemment ça dépend des élèves aussi. De mémoire je dirais que le premier mois mon prof de philo de terminale avait effectivement réussi à éveiller mon intérêt, mais ça a pas tenu l'année, trop de circonvolution dans tous les sens, la sensation que les cours tournent en rond, etc.

Ce qu'il manque aujourd'hui c'est plutôt de la communication avec un peu de psychologie, ex : comment dire quelque chose en étant franc mais sans autant donner à l'autre en face l'impression qu'on le méprise, qu'on l'accuse etc ? Comment marche la manipulation ? Etre plus assertif, professsionel (le vrai, pas juste porter un costard cravate et être un as de trouver des bouc emissaire),...

Apprendre à apprendre par soi-même ? Oui un certain nombre de génie en informatique sont des auto-didactes en effet, mais c'est pas ce que je croise en vrai. Les reconvertis en programmation que je croise ne sont pas dans la même catégorie que nos génies, évidemment comme ceux qui ont suivi un cursus scolaire et qui sont pas tailler pour ça, ou le cursus scolaire de certain diplôme est simplement insuffisant.

En outre quand je tente de faire une architecture logiciel seul, avec BDD, Serveur, Client, et que j'ai besoin de plus d'élaboration que formulaire+bdd, on trouve plein de morceau sur le net, mais bon sang que c'est difficile de trouver quelque chose qui t'aide sur la "Big picture" comme on dis.

Ironiquement, je suis contre l'avis qui dis que les entreprises, FRANCAISES, cherchent de la main d'oeuvre à pas cher. Pour preuve, ils veulent que des ingénieurs, les BTS/Licences/DUT, on en a plein mais hors de question de leur confier plus que brancher ta prise réseau visiblement.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 8:00
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Mieux vaudrait tout mettre sur les math / français / anglais pendant les 16 premières années, pour sortir des gens capable d'apprendre par eux même.
J'avais eu cette discussion avec ma grand mère au moment du bac (2002):
elle se félicitait que l'école nous apprenait à réfléchir, à regarder aborder les choses suivant différents angles
Alors que je regrettais que l'école nous bourre le crane de choses inutiles qu'il faut savoir recracher plutôt que de les comprendre.

Elle me disait qu'elle était désespérée d'entendre que c'était mieux avant, on lui a appris à écrire sans faire de faute par contre on ne lui a jamais appris à mener un raisonnement qu'elle pourrait mettre sur le papier. On lui a appris à compter, à additionner et à multiplier sans lui apprendre à s'en servir.

J'ai détesté l'école et je condamne en grande partie le système scolaire parce qu'il ne s'intéresse qu'à une partie des élèves et exigent des autres qu'ils "marchent ou crèvent".
J'ai haï l'histoire et la géographie parce qu'on nous demande de recracher des dates sans jamais y donner de sens. Pourtant aujourd'hui, ce sont des domaines qui me fascinent mais que j'ai du mal à aborder parce que je n'ai aucune référence.
J'ai craché sur la philosophie parce qu'on nous explique que Platon et Aristote ont raison et ne peuvent pas être contestés parce que c'est la base. J'aurais aimé que mes prof de philo me montrent le débile que j'étais dans un débat, ce qu'ils auraient surement fait sans mal, et j'aurais surement évolué un peu plus vite. Mais non, le système définit un rail qu'il ne faut pas quitter, le rail a raison, le prof suit le rail (par contrainte, par facilité ou que sais je) et le moindre élève qui s'intéresse à c qui sort du rail est remis dessus manu militari...

J'ai commencé à mieux vivre l'école quand j'ai compris comment je pouvais m'adapter au système scolaire (écoute, écrit, recrache ce qu'on t'as dis au début) tout en étant incapable d'apprendre par coeur.
Je penses qu'avec quelques (bon...) cours de programmation j'aurais peut être gagné quelques années sur cette démarche.
0  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 12:59
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Raisonnement, lequel de raisonnement ? J'en ai pas souvenir ici.
N'importe quel raisonnement, celui qui va te permettre de choisir entre deux choses à faire. Celui qui te permet de trouver la solution la plus adaptée pour toi à une problématique.
L'école, par les démonstrations de math, m'a appris à avoir un cheminement logique quand le contexte s'y prête
L'école, par la philosophie, aurait du m'apprendre dans les contexte plus flous à mener une réflexion vers ce qui est mon point de vue et envisager un chemin qui mène à un autre. Ce que j'ai appris bien plus tard, en faisant des joutes avec les potes.
L'école, par l'histoire, aurait du m'apprendre comment évènements peuvent s'enclencher en chaine dans certains cas, pas dans d'autres.
etc...
Soyons honnête l'école n'aurait rien pu m'apprendre en SVT, cette matière est rédhibitoire pour moi, mais il ne faut pas pour autant retirer cette matière.

Chaque matière ouvre le champs des possibles pour certains.

Les démonstrations de mathématiques pourquoi pas, mais visiblement ça aide pas les gens sur les stats bidons propagés sur le net.
Ca ne parle pas à tout le monde, et quand je vois comment c'était enseigné le système exclu d'autant plus de personnes.
Mais les dissertations de français ? 4 pages, une note en haut de la feuille et démerdes toi, paye ton éducation,
Je suis très d'accord avec toi, les remarques sur mes dissertations étaient bien loin de la pédagogie.
La philosophie ? Pas impossible mais visiblement ça varie beaucoup selon que le professeur est dans son monde ou cherche à accrocher la classe. Évidemment ça dépend des élèves aussi.
Ce qu'il manque aujourd'hui c'est plutôt de la communication avec un peu de psychologie, ex : comment dire quelque chose en étant franc mais sans autant donner à l'autre en face l'impression qu'on le méprise, qu'on l'accuse etc ? Comment marche la manipulation ? Etre plus assertif, professsionel (le vrai, pas juste porter un costard cravate et être un as de trouver des bouc emissaire),...
Je suis 100% d'accord
Apprendre à apprendre par soi-même ? Oui un certain nombre de génie en informatique sont des auto-didactes en effet
Je suis très loin d'être un génie mais il m'a fallu plus de 10 ans pour trouver comment retenir mes cours.
Pendant ces années l'école (en tant que système) n'a cessé de me répéter que j'étais débile, incapable de retenir ce qu'on me dit, incapable de réfléchir et que le résultat ne compte pas même s'il est bon. Ils ne se sont jamais demandé comment j'arrivais au résultat sans être capable d'écrire le raisonnement sur une feuille.
En CM1 mon prof pensais que je copiais sur mon voisin parce que je ne répondais pas à toutes les questions et que je ne mettais que la réponse. Il m'a séparé de la classe pendant quelques contrôle. Ce qui n'a rien changé à mes contrôles. Mais il n'a jamais su quoi faire de cet élève bizarre, il a juste décidé de m'ignorer. Merci l'école, incapable de former des profs à autres chose que d'enseigner à la masse (avec un succès très relatif), merci aux profs de nous demander au quotidien de surpasser les obstacles en ignorant les leurs (#NotAllTeachers)
mais bon sang que c'est difficile de trouver quelque chose qui t'aide sur la "Big picture" comme on dis.
C'était une grande discussion avec mon père pendant mon école d'ingé : l'industrie va se casser la gueule parce qu'elle suit des grandes règles dont plus personne ne sait d'où elles viennent, ce qui rend quasi impossible l'innovation. Du coup on pari sur l'IA qui nous pousse encore plus vers l'ignorance.
Ironiquement, je suis contre l'avis qui dis que les entreprises, FRANCAISES, cherchent de la main d'oeuvre à pas cher. Pour preuve, ils veulent que des ingénieurs, les BTS/Licences/DUT, on en a plein mais hors de question de leur confier plus que brancher ta prise réseau visiblement.
Je penses que les entreprises veulent de la "main d'œuvre" flexible, expérimentée, pas chère mais que les chefs d'entreprises veulent que leurs enfants/étudiant de leur école deviennent des "chef de
..." des managers et autres "Lead ..."
Le système scolaire est élitiste mais il ne se donne ni les moyens de générer l'élite et qui, de part son élitisme, néglige les formations plus techniques.
0  0