IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft lance son Plan Compétences Cybersécurité pour former 10 000 nouveaux professionnels en France en 3 ans :
Quelles raisons à la pénurie de talents dans la filière ?

Le , par Patrick Ruiz

26PARTAGES

17  0 
C’est le même refrain d’année en année : les experts en cybersécurité sont en nombre insuffisant au regard des besoins des organisations de tous types dans les secteurs public et privé. Certains rapports font même état de ce que la situation va en s’intensifiant. Cursus d’apprentissage trop longs et complexes ? Recruteurs non spécialisés aux commandes ? Manque de reconnaissance de la profession ? Quels sont les facteurs qui expliquent cette pénurie de talents dans la filière cybersécurité ? Microsoft lance son Plan Compétences en cybersécurité pour former 10 000 nouveaux professionels de la filière en 3 ans.

«En France seulement, on compte aujourd’hui 15 000 postes disponibles mais non couverts dans le secteur de la cybersécurité », indique Microsoft. En réalité, le déficit de compétences en cybersécurité n’est pas un problème régional ou national, mais mondial. La filière cybersécurité est confrontée à une pénurie mondiale qui tourne autour de 3 millions de personnes qualifiées, selon les données de différents rapports. Le département du Commerce des USA a fait savoir à mi-parcours de l’année précédente que 465 000 postes en cybersécurité cherchent preneur.

C’est la raison pour laquelle Microsoft annonce son Plan Compétences Cybersécurité : «Avec ce plan de formation d’envergure nationale, nous avons pour ambition de former 10 000 nouveaux professionnels de la cybersécurité d’ici 2025, et comptons renforcer les compétences des professionnels du secteur via nos programmes de formation continue. Cette année, déjà 10 000 d’entre eux ont été touchés par ces programmes, qui sont essentiels à l’heure où le nombre de cyberattaques augmente. Je suis convaincue du potentiel de notre engagement aux côtés de partenaires experts et souhaite que toutes celles et ceux qui le souhaitent, puissent embrasser une carrière dans la cybersécurité, quel que soit leur profil. »

L’entreprise va donc participer à la formation des demandeurs d’emploi via l’ouverture d’une Ecole Cyber Microsoft dont l’ambition est de former 100 demandeurs d’emploi dès la première année. Cette nouvelle offre de formation en cybersécurité, développée en partenariat avec Simplon.co, propose des formations destinées à tous les demandeurs d’emploi sans prérequis de diplôme ni d’expérience préalable dans le domaine.

Elle entend en sus former les professionnels déjà en poste au travers du programme Enterprise Skills Initiative (ESI) destiné aux clients et partenaires de Microsoft et qui offre toute une palette de modalités de formations (modules autonomes en ligne sur Microsoft Learn, cours avec instructeurs, Labs, OpenHacks, Cloud Games, préparation aux certifications). Le Cybersecurity Institute, en partenariat avec Avanade, s’adresse aux professionnels souhaitant monter en compétences. Ce programme, d’une durée de 2 mois, intègre des modules théoriques et des modules de travaux pratiques. Conçus pour les profils expérimentés en infrastructure ou cloud, le Cybersecurity Institute a pour vocation de former des professionnels souhaitant enrichir leurs compétences et devenir opérationnels rapidement sur les problématiques de cybersécurité dans les équipes d’Avanade.


Microsoft entend en plus faire dans la sensibilisation des plus jeunes aux bonnes pratiques de la cybersécurité et à la découverte de ses métiers. L’entreprise mettra son kit pédagique baptisé « la cyberécurité, mon futur métier ». Destiné aux lycéens, ce guide réalisé par des experts cybersécurité de Microsoft vise à donner des conseils de base pour se prémunir contre les attaques, mais aussi faire découvrir aux plus jeunes les différents métiers du secteur tout en balayant les idées reçues sur ces professions. Le kit pourra être utilisé par des enseignants en classe ou par des professionnels de la cybersécurité dans des forums, des salons d’orientation et d’emploi destinés aux lycées et étudiants. Le kit comprend un guide participant ainsi qu’un guide intervenant pour faciliter l’animation des différentes séquences de sensibilisation. Il est mis à disposition publiquement sous licence Creative Commons sur Github à l’adresse suivante : aka.ms/cyberkit. Une première expérimentation réussie avec les lycéens de la ville d’Issy-les-Moulineaux a eu lieu en avril dernier.


L’initiative de Microsoft fait suite à l’annonce par le gouvernement français d’un plan de renforcement de la résilience de son cyberespace. L’objectif global via ce dernier est de développer le secteur de la cybersécurité. Il intègre deux objectifs spécifiques à savoir : faire émerger de nouveaux « talents français », et renforcer la résilience du secteur public. L’annonce intervenait alors que le pays sortait de deux cas d'attaques, notamment celles contre les hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône.

Le point qui attire le plus l'attention est le budget prévu par le gouvernement pour atteindre ces objectifs d'ici cinq ans. En tout, l'État français prévoirait de consacrer 1 milliard d’euros d’investissements à ce secteur au cours des cinq prochaines. Selon les informations actuellement disponibles sur le sujet, la moitié de ce budget proviendrait directement des caisses de l’État. Ceux qui seront chargés de la mission devront œuvrer pour relever le niveau de sécurité dans le public (hôpitaux, collectivités) et dans le privé ; et développer la filière de la cybersécurité pour créer une alternative française aux outils majoritairement américains.

Le plan prévoit que plus de talents français de la cybersécurité seront joints au projet. De 37 000 emplois, la stratégie du gouvernement devrait permettre d'atteindre 80 000 emplois d'ici 2025, doublant ainsi le nombre actuel travaillant dans le secteur. Par ailleurs, Emmanuel Macron et son équipe espèrent également que ce plan de relance leur permette de doubler, voire tripler le chiffre du secteur français de la cybersécurité pour atteindre 25 milliards d'euros sur la période annoncée. Dans les grandes lignes, le gouvernement découpe sa stratégie comme suit :
  • plus de la moitié des fonds, soit plus de 500 millions d’euros, iront directement à la recherche. Comme expliqué plus haut, à travers ces fonds, le gouvernement veut développer et utiliser davantage d'outils français en lieu et place des outils américains majoritairement présents dans l'administration et dans le secteur privé ; financer des centres de recherche publics, et établir des partenariats public-privé pour accélérer la recherche d’innovations de pointe ;
  • le gouvernement va utiliser 200 millions pour faire émerger au moins trois nouveaux cadors du secteur de la cybersécurité, en particulier des startups devenues « licornes » (valorisées à plus d’un milliard d’euros). Cela dit, le gouvernement risque d'avoir des soucis pour mettre en exécution cet aspect de son plan, car, sur les 10 licornes françaises, aucune n’évolue actuellement dans le domaine. Mieux, deux des startups les plus en vue du secteur, Alsid et Sqreed, ont été récemment rachetées par des entreprises américaines ;
  • une partie de l'investissement sera orientée vers la finition et à l'ouverture du Campus Cyber, symbole de la stratégie française. C'est un projet du Président de la République consistant en un grand bâtiment de plus de 20 000 m2, qui va regrouper une soixantaine d’organisations : grands groupes, des PME, mais aussi des organismes publics, des associations, ou encore des startups.

Le gouvernement l’envisage comme un « porte-avions » du secteur, capable de faire émerger des projets français d’ampleur.

Source : Microsoft

Et vous ?

Cursus d’apprentissage trop longs et complexes ? Recruteurs non spécialisés aux commandes ? Manque de reconnaissance de la profession ? Quels sont les facteurs qui expliquent cette pénurie de talents dans la filière cybersécurité ?
Comment peut-on parvenir à inverser la tendance ?
Quel commentaire faites-vous de la stratégie française en matière de cybersécurité ? Quels sont les aspects qui vous paraissent les plus (les moins) pertinents ?

Voir aussi :

La France prévoit un budget de 1,6 milliard pour ses cybercombattants, leur effectif devrait également passer à 4000 d'ici 2025

2021 sera l'année du "ransomware 2.0", avec des attaques de plus en plus agressives, une ingénierie sociale plus professionnelle et des malwares plus innovants, selon G DATA CyberDefense

81 % des attaques au mobile financier seraient des ransomwares, selon un nouveau rapport d'Atlas VPN

Le montant total payé par les victimes de ransomware a augmenté de 311 % en 2020, pour atteindre l'équivalent de près de 350 millions de dollars en cryptomonnaies selon Chainalysis

Par appel téléphonique, des opérateurs derrière des ransomwares veulent intimider des victimes, qui souhaitent éviter de payer la rançon en tentant de restaurer le système depuis une sauvegarde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 19:25
Quels sont les facteurs qui expliquent cette pénurie de talents dans la filière cybersécurité ?
Dans un reportage sur la cybersécurité conçu il y a bien 5 ans déjà, on peut voir les premiers experts en cybersécurité issus des cancres de l'école, ceux qui remettaient toujours en doute ce qu'on leur apprenait. Cet état d'esprit de remise en cause de la vérité est peu répandu chez les êtres humains d'où un déficit chronique de recrues en sécurité. D'autant que la plupart, rejetés par le système, préfèrent se tourner vers la cybercriminalité qui rapporte plus.

Il est possible d'apprendre les bonnes pratiques mais pour devenir expert, cette mentalité de doute est indispensable.

Comment peut-on parvenir à inverser la tendance ?
Il devient nécessaire d'organiser des programmes de détection à l'école des élèves qui doutent de leurs profs et de les orienter vers la filière. Je ne sais pas si cela suffira à combler le gap entre postes à pourvoir et candidats, mais au moins il y aura du mieux.

Manque de reconnaissance de la profession ?
Peut-être mais manque de reconnaissance à l'école des profils destinés à la cybersécurité certainement.
2  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 21:13
Si on veut améliorer la sécurité, mieux privilégier dans un SI d'une entreprise, un réseau un minimum hétérogène et non pas du full MS. J'ai l'impression que les formations offertes par MS ne vont arranger les choses dans ce sens. Il y a bien entendu une stratégie la-dedans pour MS.
2  1 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 20:58
Cursus d’apprentissage trop longs et complexes ? Recruteurs non spécialisés aux commandes ? Manque de reconnaissance de la profession ? Quels sont les facteurs qui expliquent cette pénurie de talents dans la filière cybersécurité ?
Pour moi j'ai l'impression que pour être un cyber expert, il faut au minimum :
- des connaissances réseau
- des connaissances en programmation
- des connaissances sur les systèmes
- des connaissances sur les serveurs
Je possède tout ça à différents niveaux mais je ne me considère pas expert en cyber sécurité car je n'ai jamais abordé la partie pentest.
En plus les systèmes commencent à être vraiment nombreux avec aussi un grand nombre de serveurs applicatifs différent donc il doit être difficile d'avoir un cyber expert qui connaît tout. Il sera probablement capable de mener de nombreux test mais pas forcément de résoudre tous les problèmes.

Comment peut-on parvenir à inverser la tendance ?
Que les entreprise proposent formation gratuite + emploi à la clé car quand on est actif, on ne vas pas forcément débourser des grosses sommes pour des formations dont on est pas certain d'être pris car on a pas assez d'expérience.

Quel commentaire faites-vous de la stratégie française en matière de cybersécurité ? Quels sont les aspects qui vous paraissent les plus (les moins) pertinents ?
Selon moi, il faut commencer à résoudre ce problème à la base en enseignant les bonnes pratiques en matière de sécurité
Ensuite, la société pour laquelle on travail doit accorder un budget sur le projet dédié à ça.
0  0