IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : les élèves derniers des pays de l'UE en maths et sciences dans la dernière enquête internationale Timss :
Une explication aux difficultés à recruter de bons ingénieurs informaticiens ?

Le , par Patrick Ruiz

333PARTAGES

31  0 
Le verdict de l’édition 2019 de l’enquête internationale TIMSS (Trends In Mathematics and Science Study) est connu. Deux constats : les pays d’Asie de l'Est – notamment Singapour, Hong Kong, la Corée, Taipei de Chine et le Japon – dominent les autres pays en mathématiques comme en sciences, et ce, quel que soit le niveau. La France arrive dernière des pays de l’Union européenne listés. De quoi questionner la qualité des produits des formations informatiques de France ? Les mathématiques et les sciences sont des matières clés pour des tiers désireux de poursuivre une carrière en informatique, une conclusion évidente semble donc se dégager…

La France totalise 485 points en mathématiques au niveau du cours moyen 1 (CM1). Elle est listée après l'Angleterre (556), le Portugal et le Danemark (525), l'Arménie (498) et l'Albanie (494). Le pays est également éloigné de la moyenne internationale qui se situe à 500 points.


En sciences, le constat est grosso modo le même : la France obtient un score de 488 en CM1 et arrive là encore parmi les derniers pays européens. En classe de quatrième, même état des lieux calamiteux : la France obtient 483 points en maths (616 pour Singapour) et 489 en sciences (608 pour Singapour).



Cela fait plusieurs années que les enquêtes se succèdent et relèvent une baisse du niveau scolaire, notamment, en mathématiques et en sciences. Depuis 1995, l’International Association for the Evaluation of Education Achievement (IEA) apporte des éclairages à ce sujet au travers de son enquête Trends In Mathematics and Science Study (TIMSS). De façon brossée, il ressort de l’édition 2019 de l’enquête TIMSS qu’il n’y a pas eu de changement dans la situation des apprenants français en comparaison de l’enquête TIMSS 2015. Cette dernière mettait déjà en avant le fait qu’en comparaison à d’autres pays et à la moyenne internationale, les représentants de l’éducation française sont à la traîne. Elle venait confirmer les chiffres du Program for International Student Assessment (PISA) de l’OCDE dans son édition 2012…


Les chiffres de l’enquête « lire, écrire, compter » qui mesure les performances des élèves de CM2 à vingt ans d’intervalle (1987-2007) va dans le même sens en soulignant que « les élèves très bons en calculs d’il y a 30 ans ont quasiment disparu et que les meilleurs élèves d’aujourd’hui sont au niveau des élèves moyens d’hier. »


C’est aussi avec le détail que cette étude apporte qu’une contradiction fait surface. En effet, elle montre également que des tiers avec un socle en maths suffisant pour s’attaquer à la filière TIC peuplent la workforce française. C’est des personnes qu’on peut estimer dans la fourchette 30-40 ans. Il semble donc que la baisse de niveau des apprenants à elle seule ne puisse expliquer les difficultés que les entreprises disent avoir à recruter.

Sur cet axe, la France n’est pas toujours comptée parmi les pays qui traitent le mieux les professionnels de la filière TIC. Il n’y a qu’à voir avec les chiffres d’une étude du site de recrutement Hired (parue en 2017) qui souligne que les salaires des développeurs et de l'IT en France sont parmi les plus bas en comparaison à d’autres pays. Cette étude précède une autre plus récente de la firme anglaise Yells qui met en avant le fait que la Chine est le pays où l’on est le mieux payé en tant que développeur web. Dans ce comparatif des salaires ajustés par rapport au coût de la vie, la France arrive en 5e position.

Sources : timss2019, pôle emploi

Et vous ?

La baisse de niveau en mathématiques et en sciences peut-elle expliquer les difficultés que les entreprises disent avoir à recruter ? Où se situe le lien selon vous ?
Partagez-vous l’avis selon lequel le traitement salarial est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises éprouvent des difficultés ?
Quel autre facteur pourriez-vous mettre en avant ?

Voir aussi :

Étude : les salaires des développeurs et de l'IT en France sont parmi les plus bas, pour quelle raison selon vous ?
À coût de la vie égal, le salaire d'un professionnel de l'IT à San Francisco est 67 % plus élevé que celui d'un Parisien, d'après une étude de Hired
Étude sur les salaires des offres d'emploi en 2016 : TypeScript, Go et Ruby sont les mieux payés
Offres d'emploi en 2016 : Java largement en tête, suivi par JavaScript et PHP
Emploi IT: Linux et l'open source sont l'eldorado aux USA, qu'en est-il de la France ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 8:20
Bonjour

Ce classement est hélas une bonne représentation de la réalité.
J'ai lu au début des années 2000 le livre "La fabrique du crétin" de Jean-Paul Brighelli qui annonçait déjà ce qui se passe maintenant. Dans ce livre, l'auteur dénonce un nivellement par le bas, cautionné par les autorités et l'éducation national sous couvert d'une prétendue égalité. La meilleure des égalités serait déjà que les écoles, collèges et lycées en zone difficile puisse fournir le même enseignement que d'autres établissements, pourvu que l'on y mette la volonté et les moyens pour que cet enseignement se passe dans des conditions les plus propices. Mais non, on préfère plutôt descendre le niveau.
Mes filles ont 12 et 8 ans. Je me rappelle que pour ma fille aînée, en 6ème, je lui donnais des cours de maths particulier avec une sensibilisation à des domaines comme le calcul en croix, les puissances et les priorités des opérations. Je me suis fait rembarré par sa prof de math qui m'arguait que ce n'était pas son niveau et que ma fille devait se contenter du programme officiel! Et pourtant, ma fille est dans un établissement plutôt réputé et ce que je lui enseignait était ni plus ni moins que ce que j'apprenais en 6ème à son âge. Un autre exemple? Ma fille cadette en CE2 et ses cours de français: l'on apprend toujours le présent de l'indicatif! Aucune notion pour le moment du passé composé, simple et encore moins du futur!
Oui, le niveau a baissé par rapport à notre époque. Cependant, avouez que vous avez également entendu vos aînés dire qu'à leur époque, leur programme était plus relevé que le vôtre.
Au travail, cela se vérifie. L'un de mes project manager a un niveau d'anglais que j'estime plus que perfectible. Les fautes de français sont légions. Les raisonnements en sciences ou en mathématiques sont contestables.
Je me pose souvent la question si nous n'assistons pas à un nouveau Moyen-Age. Le Moyen-Age est souvent qualifié d'âges des ténèbres dans le sens où tout était du fait religieux ou royal. Je trouve que nous n'en sommes pas loin.
Le COVID a eut cela de bénéfique de montrer que la science fondamentale est minée par ses querelles internes et d'ego. Pis, la science est plus là pour faire non plus de la connaissance et du papier, mais du profit.

Alors, que faire? Sans une politique avisée et à long terme sur l'enseignement et l'éducation, rien ne changera. Premièrement, l'école, soit-elle publique ou privé, doit être un endroit où le respect de l'élève envers le professeur doit être continu. Je ne demande pas que ce soit l'armée mais que les fauteurs de troubles aillent voir ailleurs. En parlant des professeurs, qu'ils fassent en sorte que leurs programmes soient suivis. Le 3ème trimestre est trop souvent raboté et ne sert quasiment à rien. Bac à la carte de Blanquer? Bullshit! On en revient aux séries L, ES et S. Ok, l'on me dira que la majorité allait en S, plus porteuse. Et bien, relevons le niveau du bac! Donnons de la valeur à ce diplôme bradé. Non, j'irais même plus loin: le brevet des collèges? Et bien, il conditionnera le passage vers la seconde, pro ou générale. Enfin, l'on sait que des élèves arrivent en 6ème en ne sachant qu'à peine lire, écrire ou compter? Jetons un pavé dans la mare et rétablissons l'antédiluvien certificat d'études! Et oui, le même passé par nos grands-parents! Au moins, on conditionnera le passage vers le collège pour les élèves aillant ce certificat et donc aptes à continuer?
Alors évidemment, je semble strict dans mes dires. Qu'est-ce que je fais de ceux qui échouent? Le redoublement est vu comme un échec, cela ne doit pas être le cas. Il doit servir de rattrapage. Les fauteurs de troubles? Institution spécialisée avec des classes en petits groupes.

Ouais, je sais, ça semble sévère l'école telle que je la voudrais, mais on n'empêche pas malgré tout à la jeunesse de se faire. Les examens par les diplômes tel que bacho, brevet ou certif' n'empêchent pas de vivre de sa jeunesse. Mais ils sont, je pense, un bon moyen de préparer nos jeunes à cette vie ou hélas, on est souvent amené à atteindre des objectifs dans n'importe quel corps de métier, du coiffeur, au développeur, jusqu'au patron ou président. Sans objectif ou cible, qu'est-ce que l'on ferait?

@++
24  0 
Avatar de jenramac
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 7:06
Bonjour,

Étant formateur en système électronique pour un très gros employeur, je vois le niveau général s'effondrer quelque soit la provenance des candidats:
* des électroniciens diplômés pour qui les nombres complexes sont vraiment imaginaires (je viens sûrement de les inventer pour blaguer avec eux)
* des personnes ayant soi-disant arrêter un graduat mais qui ne comprennent rien au principe de l'interféromètre utiliser dans les capteurs de rotation
* des techniciens dont l'anglais se résume aux onomatopées des youtubeurs et incapable de comprendre finement les fiches techniques des composants qu'ils emploient.
* etc

De plus ma hiérarchie me fait enlever de la matière chaque année pour au final avoir des "changeurs de plaquettes que l'ordinateur il a dit que c'était celle-là" sans en comprendre la raison! Comment voulez-vous qu'un ingénieur puisse développer quelque chose de correct sans pouvoir s'appuyer sur des techniciens qui sauront faire remonter les données correctement, analyser le fonctionnement, aider à la mise en place de procédures...

Mais c'est la même chose en primaire, mon fils de 7 ans s'y ennuie et me dit chaque jour : "Papa je n'apprends rien", il lit facilement même en sous-titré, compte facilement, s'initie à la "programmation de roblox via youtube et le copier-coller" et n'arrête pas de me demander "Comment on dit xxxx en anglais?" alors que ses devoirs en seconde primaire c'est : "Compter jusque 20 et réaliser les additions comprenant une dizaine".

Bonne journée,
19  3 
Avatar de thamanos
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 11/12/2020 à 9:29
On tape sur les profs, mais d'un autre coté :
  • Les profs sont de moins en moins formés ; de plus en plus souvent, pas DU TOUT formés.
  • La pseudo formation continue des profs est tellement pas financée, que ça ou rien c'est pareil.
  • On les méprise de plus en plus. (tout en se plaignant qu'ils n'ont plus le droit de tabasser un enfant... comme si la violence c'était le respect)
  • Leur paie est de plus en plus proche du smic. On est parmi les plus mauvais payeurs de l'OCDE
  • Il y a de plus en plus d'élèves par classe, particulièrement dans les milieux modestes. 35 élèves par classe, ca n'arrivera pas dans le 16e arrondissement de paris.
  • Malgré les zep, l'essentiel de l'argent va vers les élèves de milieux aisés et favorisés.
  • Les programmes sont mis à jour de manière politique et jamais mis à l'état de l'art des connaissances (on apprend encore que l'humain a "5 sens" ?)
  • La liberté pédagogique de l'enseignant est de plus en plus supprimée, non pas pour des raisons techniques mais politiques (cf. la lettre de jaurès censurée)


Mais non, tout ca c'est la faute des pauvres qui éduquent mal leurs enfants ou des profs qui sont des fonctionnaires bobo gauchistes ou encore de la faute du bac qui serait trop facile.

Mais il y a pire, c'est l'hypocrisie de ceux qui se plaignent de l'éducation nationale. Qui va accepter de payer pour qu'on commence à financer la formation des profs de manière décente ? Qui va accepter de payer pour qu'on forme suffisamment de profs pour avoir un nombre gérable d'élève par classe ? Quand on vote pour des gens qui dégradent les services publiques parce que "ca coute trop cher de bien faire", on perd le droit de se plaindre que le service publique se dégrade. Et c'est particulièrement vrai pour l’hôpital public et l'éducation nationale.
12  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/12/2020 à 21:06
Pour voir ce qu'on donne comme cour de math au collège et au lycée, je suis même étonné qu'on ne soit pas plus bas. Des interrogations avec trois lignes (littéralement) de maths aprisent cinq minutes avant ou les gamins réussissent même a avoir 21,5 (en gros je ne me rappel plus exactement les points bonus) sur 20 avec des points bonus a la con. Tout ça parce que il faut faire du social avant tout.
16  7 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/12/2020 à 22:11
Cette étude est vraie. Je suis totalement effaré par le niveau de maths en France, j'ai l'impression qu'en 3 eme on leur donne à faire ce que moi j'avais en 5 eme à mon époque, bref la France à reculé de deux ans en niveau de maths par rapport à avant, et donc par rapport aux autres pays.

Cette situation est due aux politiques, pour satisfaire les élèves, les parents d’élèves et les profs, ils ont laissé le niveau baisser comme ça tous le monde est content, c'est une honte.
La France a les pires politiciens du monde. Dernière connerie en date : au lieu de donner à tord 90% de réussites au Bac à un tas de bons à rien ignares qui ne le méritent pas, maintenant c'est 100% de réussite au Bac, c'est n'importe quoi, ce torchon ne vaux plus rien.
Le niveau d'entrée des écoles d'ingénieur et des licences de sciences n'a cessé de baisser, pratiquement n'importe quel boulet peux devenir ingénieur en étant un peu moins pire que les autres, alors qu'avant il fallait vraiment bosser.

Il faut faire comme on faisait avant : laisser les bons élèves se regrouper dans des classes pour avancer vite, et les boulets on les envoi en apprentissage et puis c'est tout.
Tous le monde n'est pas destiné à devenir ingénieur, ce pays est devenu un pays communiste ou tous le monde doit être pareil, résultat nivellement total par le bas, au lieu d'avoir des bons et des nuls : on a que des nuls, bravo le socialisme !

A ce compte la la France leader technologique c'est terminé, les lanceurs spatiaux seront fait par Space X, les avions et les autos par les Chinois, et les français seront juste bon à servir la soupe à l'oignon aux touristes Chinois tout en jouant du Bignou.
19  10 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/12/2020 à 12:05
Étant moi-même issu d'un cursus littéraire, je suis entièrement d'accord avec l'article présenté; J'ai fait une réorientation, et étant passionné par tout ce qui touche aux ordinateurs depuis tout jeune, je dois dire que le niveau des baccalauréats professionnels informatiques est effarant. C'est une catastrophe, et je pèse mes mots, sur pratiquement tous les domaines.

N'ayant pas eu de cours de mathématiques pendant + de 3 ans, je pensais être en retard. Que nenni, les baccalauréats professionnels IT sont pires! Le niveau d'Anglais reflétait exactement la réputation française de médiocrité dans le domaine. J'ai fini 2ème de la promotion, mais je le dis clairement; Ce n'est en rien glorieux, c'est même plutôt grave ! Je suis très loin d'être exceptionnel !

Aucun respect envers les professeurs, malgré le fait que nous étions en BTS, et donc supposément assez matures pour comprendre que NOUS sommes en demande d'éducation, et NOUS devons faire l'effort d'apprendre. En temps que délégué, il m'est même arrivé de devoir donner de la voix pour faire taire mes camarades de classes, ou leur faire comprendre que le professeur est humain tout comme nous. Une première dans toute ma scolarité.
Aucun travail hors des cours, bien qu'un BTS est censé proposer un environnement plus cadré que l'université, le travail personnel était vu comme une corvée inutile, et en considérant le niveau des cours terriblement bas ce n'est pas étonnant.
Et d'ailleurs, quel niveau... Même les professeurs en souffrent de ne pas pouvoir apprendre tout ce qu'ils savent, puisqu'un élève qui peine signifie retarder toute la classe. Ces mêmes élèves qui sont venus "par défaut" sur le BTS, peut-on leur en vouloir ? Après tout, c'est comme cela qu'on leur a vendu; "Faites des études supérieures, vous vivrez mieux." disaient les parents.

Pour moi tout ceci vient du même problème;
Le Baccalauréat : Arrêtez de glorifier ce diplôme qui ne veut absolument plus rien dire.
Ne stigmatisez pas vos enfants quand ils n'ont pas le bac, s'ils ne sauront pas quoi en faire une fois obtenu. Plus de la moitié de mes contemporains ont été dans ce cas, les plus chanceux ayant eu le temps de se reconvertir dans LEUR voie, et non celle qui leur a été dictée.
Cela amène a une situation comme décrite ci-dessus, où l'élève montre un désintérêt profond pour son cursus. Je ne parle même pas du mal-être personnel lors de l'arrivée sur le milieu professionnel, lorsqu'on vous charge d'un projet, avec aucune connaissances derrière et que l'on attend de vous des résultats bétons.

Mon avis personnel: Si on continue sur cette voie, on est en passe de voir un effondrement brutal du niveau scolaire, si ça n'est pas déjà le cas. (Ayant quitté l'école depuis quelques années difficile de juger) Dans tous les cas, la situation est grave, car l'éducation est l'avenir d'un pays...
10  1 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/12/2020 à 10:29
Il y'a surement un juste millieu à trouver entre le top 5 des pays qui sont connu pour mettre une pression atroce sur les enfants quant à leur réussite scolaire (la corée est un des pire sur le sujet) et la France qui veux absolument inclure et ne pas stigmatiser et fini par baisser le niveau global plutôt que de le tirer vers le haut.
9  0 
Avatar de olivier50
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/12/2020 à 9:11
Bonjour à tous, je suis déjà intervenu sur ce fil pour dire ce que je pensais de ce genre de sujet.

J'ai fait 5 ans d'études en maths et j'ai 50 ans: pas un gramme de maths ne m'a servi dans ma carrière. Les maths servent au niveau recherche ou à l'élimination par les concours.

Pourquoi on élimine les gens par les concours ? car il n'y a pas assez d'emploi et que du coup il faut mettre des barrages et filtrer.

Après, en école d'ingénieur, il faut tout apprendre et les maths servent peu.

Et non, un master ne garantit plus un emploi aujourd'hui; oui, le plus gros du marché ne nécessite pas techniquement d'avoir plus qu'un bac+2.

Et oui le gap qui fait la différence dans la vie est un minimum de passion ou d'intérêt dans ce qu'on est amené à faire qu'on soit ouvrier, cadre, dirigeant ou président.

Pour être bon en dev web il faut aimer la technique, être capable de percuter et d'assimiler vite. La passion, le goût ou l'intérêt sont les facilitateurs et ce qui fait la différence.

Là je me mets au machine learning qui demande des compétences mathématiques dans les détails. Alors intellectuellement c'est intéressant. Est-ce qu'on va m'embaucher ?: non !

Pourquoi ? parce qu'il y a un décalage entre les besoins du marché et les formations. Le marché est orienté là où c'est le moins sexy: les bases de données, l'info de gestion qui ne demandent pas de compétences mathématiques.

Prenons le text mining avec la distance de Jaccard, les algorithmes de calcul de similiarité etc ...: est-ce que vous connaissez une personne qui travaille dans le domaine ? mis à part des chercheurs ou une rare boite qui a développé un logiciel de détection de fraude dans les copies.

Les débats c'est bien mais après il faut voir le marché et sa réalité.

J'oubliais, avec Parcours sup, les sons de cloche commencent à changer: les élites commencent à reconnaitre que c'est un moyen de faire comprendre aux jeunes qu'il n'y a pas assez de place pour tout le monde.

Enfin, pour finir, le problème du bâtiment c'est autre chose, et cela a été dénoncé dans de nombreux reportages, des sociétés écran étrangères avec des salaires à la ramasse d'ailleurs des ouvriers ont parfois été au tribunal pour ça mais c'est le pot de fer contre le pot de terre.

Les jeunes, pour la plus grande part, veulent travailler mais comme moi qui suis pourtant vieux, ils ont été formatés par un système qui fait miroiter une pseudo réussite avec des débouchés incertains et une espérance de gain relative face aux efforts fournis ponctués de désillusion quand on se retrouve à faire du VBA sur Excel à la sortie.

Bon Dimanche.
10  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 11:14
Je me rappelle d'un recruteur me disant que mon bac + 2 valait largement un diplôme d'ingénieur 1 an après l'avoir obtenu. La dégradation du niveau scolaire ne date pas d'hier et prépare un troupeau de moutons bêlant sur les réseaux dits sociaux, propre à devenir de la chair à canon pour les théories du complot. La France, grand pays en devenir... ça fait mal à mon égo de franchouillard où le niveau de mon pays se rapproche des dictatures africaines.
11  3 
Avatar de ericb2
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 15:38
Cochez la bonne case :

[] 40 ans de socialisme

[] Devoirs à la maison interdits

[] 40 ministres (probablement des énarques) on fait des réformes dans les programmes

[] Les parents qui ne font plus leur part de travail

[] Toutes les réponses sont sur Google (sinon, la question c'est de la m...)

[] 42

[] Depuis qu'ils ont un ordinateur, ils ne peuvent plus travailler

[] On n'a pas assez cassé les profs
12  6